Incendies, de Wajdi Mouawad.

img_20161229_123738Comme je n’ai pas réservé d’article dédié à cela ( sous cause de faire mes résolutions littéraires + pour le blog, et bon je ne voulais pas répéter la même choses que d’autres personnes. ), je profite de cette petite apparté pour vous souhaiter mes meilleurs voeux, en espérant que vous serez comblés, autant professionnellement, que personnellement, et bien évidemment en termes de lectures tout autant ! c:

Me voici donc pour la toute première chronique de 2017, et pour cela, j’ai répondu aux supplications de mon meilleur ami qui voulait que je lise cet auteur parce qu’il en est gaga. Alors zou, direction bibliothèque, on emprunte deux de ses pièces, et toujours en suivant ses conseils, je commence par celle-ci… Et quelle surprise !

sans-titre-2

Lorsque le notaire Lebel lit aux jumeaux Jeanne et Simon le testament de leur mère Nawal, il réveille en eux l’incertaine histoire de leur naissance : qui fut leur père, et par quelle odysée ont-ils vu le jour loin du pays d’origine de leur mère ? En remettant à chacun une enveloppe, destinée l’une à ce père qu’ils croyaient mort et l’autre à leur frère dont ils ignoraient l’existence, il fait bouger les continents de leur douleur : dans le livre des heures de cette famille, des drames insoupçonnés les attendent, qui portent les couleurs de l’irréparable. Mais le prix à payer pour que s’apaise l’âme tourmentée de Nawal risque de dévorer les destins de Jeanne et Simon.

sans-titre-2

Et là, sans tarder, je vous dis : foncer ! Ne serait-ce que pour l’écriture de Wajdi Mouawad, mais jeter vous dessus, c’est sublime ! Je dirais même mieux : l’écriture est di-vi-ne ! Mais alors, wow, cette claque dans la trogne. Je n’attendais rien de cette lecture, est tout m’est tombé dessus. Je n’imaginais pas ce type d’écriture, à la fois extrêmement grossier par moments, et d’une poésie intense à d’autre. J’ai été subjuguée par cette manière d’écrire, et je me suis pleinement laissée guider par les mots.

C’est un gouffre et c’est comme la liberté aux oiseaux sauvages. 

Incendies est une des oeuvres majeures de cet auteur. Seconde partie de sa tétralogie « Le Sang des promesses », la renommée de cette pièce se doit à sa réécriture du mythe d’OEdipe Roi. Pour être honnête, j’avais un peu zappé ce point en l’empruntant, je ne pense pas que je l’aurais emprunté si je l’avais eu en tête, tout simplement parce que OEdipe me passe par dessus la tête : plus d’un trimestre où le mythe m’est rabâché, merci mais je suis à saturation haha. Mais ça aurait été une erreur de passer à côté, et le mythe est remanié avec brio. Le thème de l’aveuglement est omniprésent, ce mot lui-même est d’ailleurs répété à maintes reprises. Le point de vue est axé sur la mère — donc l’équivalent de Jocaste dans cette pièce, et non depuis OEdipe. Car oui, grande surprise : on ne suit pas la quête du personnage éponyme. Ici, la quête de vérité et d’identité est celle de Simon et Jeanne.
On peut donc se demander  » Oui, mais, le mythe est réduit à l’aveuglement ? Une des base est quand même le rapport fils/mère avec l’inceste. » Ceci surgit à la fin, de telle manière où durant ma lecture je me suis dis que l’auteur avait délaissé cet aspect là pour se concentrer sur les autres éléments. Mais non, non, juste que cela est vraiment revisité avec innovation. L’inceste est plus accentué car il est mêlé à l’horreur, au dégoût total, à une violence bien plus grande. Mais cet uppercut là rend la pièce d’un grand intérêt, et personnellement, j’y ai vu plus de profondeur que la tragédie de Sophocle.

Derrière ce silence, il y a des choses qui sont là mais qu’on n’entend pas.

La manière donc ce mythe est traité, en rapport avec la guerre dans les pays arabes est très actuelle : les liens à la guerre de Syrie par exemple, et le terrorisme  se font tout seuls, ils sont clairement identifiables. Cette actualité s’oppose avec le texte de Mouawad, puisque à un moment il écrit, « le texte  est toujours en avance ou très en retard. » Avec ce passage (et d’autres éléments que je n’ai pas relevé bêtement… ), il y a une certaine remise en question des mots, qui accompagne la quête de vérité.

Ce qui a clairement marqué ma lecture, c’est cette capacité à doser l’horreur avec ce passé qu’il narre; le magnifique avec son écriture,les relations humaines, le rapport au silence, … ; et l’humour, avec un personnage quelque peu déstabilisant : Hermile Lebel, notaire.
Ce personnage, c’est la petit dose d’humour qui casse la tragédie, et la pièce s’ouvre sur lui. L’humour est peut-être un peu bateau : comique de répétition, il ne se lasse pas de dire « c’est sûr, c’est sûr, c’est sûr », ou revisite à sa guise des expressions, du genre « il ne faut pas mettre la charrue avant les oeufs. » Il n’est pas seulement le rigolo de service, c’est aussi un personnage très humain qui tient à honorer les volontés de Nawal, et accompagne Jeanne et Simon dans leur quête.

Maintenant, faut pas se raconter de racontars.

Les deux personnages que nous suivons, soit les jumeaux Simon et Jeanne, représentent la colère et c’est à partir de ce sentiment qu’ils décident de s’en débarrasser afin d’opter pour la détermination. Celle qui les poussera à faire ces quêtes. Celle qui les poussera à apprendre, à connaître leur mère, et enfin l’aimer.

Vous l’aurez compris, cette pièce est à la fois brutale et merveilleuse, ce qui a fait  d’elle à la fin de ma lecture un énorme coup de coeur.

Avez-vous déjà lu une pièce de Wajdi Mouawad ? Que pensez-vous de ce dramaturge ? 

Bien à vous,
La Récolteuse. 

Publicités

4 réflexions sur “Incendies, de Wajdi Mouawad.

    • Oh merci pour ce commentaire trop agréable comme tu sais si bien les faire ♥ ( en plus ça fait du bien à la sortie des cours haha ! )
      Je ne peux que te le conseiller, il y a beaucoup de dimensions, notamment celle politique que j’ai juste effleuré comme ce n’est pas mon dada. L’écriture est particulière mais tellement jolie olala, et cette fin… Bref, si tu as l’occasion de l’emprunter ( comme les éditions actes sud sont assez cher… Genre 15/17€ la pièce de théâtre, ouille quoi.. ) tu n’auras rien à perdre mais peut-être une belle découverte à faire ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s