#1 – Jeudi, c’est poésie !

poésie

Vous avez le droit de me huer et de me jeter des tomates, parce que je reprends le superbe rendez-vous de Nina se livre que je vous ai évoqué mardi dans le C’est le 1er, maaaiiis… Je le reprends avec des libertés. ( « la sans gêne ! », « elle va pas honte celle-là! », « au piloriii ! » ). Je me le réapproprie en le décalant d’une journée, donc le passant de l’initial mercredi au jeudi, pour la simple et bonne raison que depuis le début, j’ai bloqué le mardi pour une chronique, donc deux jours de publication de suite ça fait lourd.
Mais ce rdv, kécécé ? Nina a eu la chouette idée de présenter de manière hebdomadaire un poème sur son blog. Voilà, ni plus ni moins. Et pourquoi je suis tant emballée ? Parce que c’est un genre qu’on lit peu (oui, je vous englobe, mais j’ai pu voir dans différents tags de différents blogs que c’est souvent ce genre qui passe à la trappe), et qu’on sacralise le plus, qu’on qualifie le plus d’inaccessible. C’est donc un moyen de découvrir, ensemble et peu à peu, l’univers des poètes, et se défaire de l’idée qu’ils sont les plus grands, les plus intelligents, les grands rêveurs de ce monde. ( cc Victor, j’ai beau t’adorer, ta Fonction du poète ne me convient absolument pas. ) J’essaierai aussi de vous expliquer en quoi ce poème me plaît, de quelle manière il résonne, et peut-être de l’analyser brièvement.

Résultat de recherche d'images pour "merlin throwing gif"

Bibi face au poète visionnaire du monde qui sait tout, et toi qui sait rien : N.O.P.E. 

Cette intro est carrément trop longue, donc on ne tarde plus ! Pour cette première édition, j’ai choisi un de mes poèmes préférés, mais paradoxe, qui est d’un auteur dont je ne pense… Trop rien, en fait. Il s’agit de Charles Baudelaire, avec son poème Réversibilité issu du recueil les Fleurs du mal.

Ange plein de gaieté, connaissez-vous l’angoisse,
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
Qui compriment le coeur comme un papier qu’on froisse ?
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l’angoisse ?

Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine,
Les poings crispés dans l’ombre et les larmes de fiel,
Quand la Vengeance bat son infernal rappel,
Et de nos facultés se fait le capitaine ?
Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?

Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres,
Qui, le long des grands murs de l’hospice blafard,
Comme des exilés, s’en vont d’un pied traînard,
Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ?
Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres ?

Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides,
Et la peur de vieillir, et ce hideux tourment
De lire la secrète horreur du dévouement
Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avides ?
Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides ?

Ange plein de bonheur, de joie et de lumières,
David mourant aurait demandé la santé 
Aux émanations de ton corps enchanté ;
Mais de toi je n’implore, ange, que tes prières,
Ange plein de bonheur, de joie et de lumières !

Le niveau scolaire nous bassine que la poésie est ce qu’il y a de plus personnel, qu’il s’agit de ressentis, mais nous livre toujours des analyses générales, et si toi, élève à la grande sensibilité, tu y perçois autre chose, tu as forcément faux. Je lutte beaucoup avec ça pour ce genre, parce que je lis la poésie avec crainte : celle de ne pas comprendre. D’être dans le faux. Mais foutaises, parce que nos sentiments ne sont jamais faux. Alors je vous partage ce que j’y comprends, pourquoi ce poème me touche, et coïncide avec des fragments de qui je suis.
Pas gai, mais j’ai tendance à me définir par ma tristesse, et du coup, je me retrouve à tout ce qui a rapport au spleen ; puis c’est quelque chose dans l’art qui me touche majoritairement, dont on peut faire du beau alors qu’il s’agit de laid, etc. Vous imaginez donc que les 4 premières strophes me plaisent beaucoup. Je me retrouve en personne angoissée, en personne colérique et impulsive m’amenant parfois dans la démesure, en personne qui voit le temps défiler et qui angoisse également par rapport à ça. Puis cette 3e strophe est celle plus proche de la société, avec la maladie sous toutes ses dimensions, qui touche tout le monde un moment donné, du simple rhume à bien pire. Bien qu’il y ait un vocabulaire religieux, je ne trouve pas ce thème si présent – certes, c’est un thème que j’esquive donc je pense le lire différemment, l’adapter autrement. Là, l’Ange me semble juste être une personne heureuse, sans tracas (j’admets avoir visualiser l’image typique du/de la fils/fille à papa maman qui n’a jamais souffert de sa vie parce que tout lui est servi sur un plateau d’argent…. cliché), criant quelque peu à l’injustice que certains souffrent alors que d’autres non. Puis cette dernière strophe sonne un peu comme une renaissance, un renouveau, l’habilité à aller mieux, à avoir le droit en tout cas d’aller mieux.  C’est un poème que j’ai déjà lu en étant pas au top de ma forme, en pleurant sur les 4 premières strophes en mode « so true » et me mouchant lamentablement dans ma peine, avec cette dernière strophe qui vient un peu comme cette personne réconfortante  qui t’assures que ; t’inquiète pas, un jour, ça ira mieux.

Allégorie du poème : Bibi à gauche, la dernière strophe à droite. Merci Dean. 

J’espère que ce premier numéro vous aura plut, et que la longueur ne vous gênera pas. Je pense que Nina acceptera qu’on reprenne son rdv avec joie, donc n’hésitez pas si vous avez envie de parler poésie, parce que chacun a un ressenti différent dessus et que toutes les interprétations sont bonnes !

Publicités

37 réflexions sur “#1 – Jeudi, c’est poésie !

  1. C’est une bonne idée cette série d’articles ! Ça me permettra d’effleurer un peu ce genre avec lequel je ne suis pas amie, en attendant d’essayer de débloquer la chose pour de vrai.

    Le poème que tu as partagé est joli 🙂 Et tu as raison sur un truc, j’ai aussi la peur de ne pas comprendre, on m’a tellement fait comprendre que mon interprétation était superficielle et qu’il y avait des nuances cachées dans les vers qu’en plus de ne pas me sentir forcément visée par les poèmes, j’ai l’impression qu’il y a un certain dédain qui se dégage de tout ça. Pour être tout à fait honnête, cette détestation de la poésie est assez tenace mais je lirai tes articles avec attention 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ton commentaire me fait vraiment plaisir, merci beaucoup ! Je comprends tellement ton blocage, je pense qu’on est beaucoup à avoir le même, donc ce rendez-vous va me forcer à sortir un peu de mes habitudes. C’est dingue n’empêche qu’on rabâche tant que « tu comprends pas la totalité du poème, tu vois pas ce qui est vraiment dit », blablabla. Comme si ces personnes avaient côtoyé l’auteur. C’est dingue, parce qu’au final, les analyses qu’on nous livre, on en est jamais totalement sûrs, y’a rarement les auteurs qui ont livré la signification réelle du poème donc on nous bassine avec une généralité académique… Je te rejoins pour le sentiment de dédain, longtemps ( et encore un peu aujourd’hui ) j’ai vu la poésie comme destinée à l’élite… Mais il faut garder en tête que ton interprétation est tout aussi bonne que celle d’un théoricien, c’est ce qui fait l’art : des visions différentes, rien de figé !
      Et je suis ravie en plus que ce poème te plaise. c:

      Aimé par 2 people

      • Aha, si ça te sert aussi à toi, tant mieux 😉
        Oui, ces analyses, notamment celles qu’on fait pour le bac, me semblent toujours très subjectives par moments et on nous les assène comme la vérité absolue… Et c’est joli ce que tu dis :3
        Sinon, j’ai quand même un autre blocage avec la poésie : je ne me sens pas trop concernée. Et ça m’arrive souvent avec la poésie du 19e ou antérieurement, c’est pour ça que j’aimerais redécouvrir la poésie à travers les oeuvres contemporaines. Laurent Gaudé (qui est un de mes auteurs préférés) a sorti il n’y a pas si longtemps un recueil de poèmes et j’aimerais le tenter quand j’en aurais le courage car je le connais, je sais qu’il va aborder des sujets qui vont me plaire.
        Mais je me rends compte que rien n’est perdu car Baudelaire n’est pas vraiment un écrivain récent x) (pas de là à créer une histoire d’amour avec cet auteur mais peut-être un début de réconciliation ?) (ce pavé, j’ai pas l’habitude)

        Aimé par 1 personne

      • Mais c’est totalement ça… Tout ce qui tiens de l’académique j’ai l’impression est asséné comme vérité absolue… Oh, merci. :’)
        Tu penses que c’est par rapport au temps qui est passé, ou par rapport aux thèmes des poèmes ? J’ai un peu le même soucis que toi, mais personnellement je n’arrive pas à trancher entre soucis de temps ou de thèmes… Parfois j’ai l’impression que c’est un « soucis d’âge », parce que j’adore la poésie de Rimbaud et j’ai l’impression que c’est cette connivence de l’adolescence, alors qu’avec les poètes adultes il y a comme une distance.. c’est assez chelou. xD Oh je ne savais pas que tu aimais Laurent Gaudé ! C’est quels genre de sujets qui te plaisent ? En contemporain, j’ai lu Yves Bonnefoy avec le recueil Ensemble Encore, j’essaierais d’en partager un pour faire connaître, mais sa plume est vraiment belle et il y a de la prose, peut-être que ça pourrait te plaire ?
        Je ne sais pas si ça peut t’aider, mais peut-être qu’en en lisant quelques uns sur ce site ( http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/charles_baudelaire.html ) tu pourras voir si tu apprécies un peu mieux Baudelaire. c:
        ( les pavés ne me gênent pas en tout cas, alors ça me fait encore plus plaisir si t’as pas l’habitude ! Je me sens privilégiée. :’) )

        J'aime

      • Je pense que c’est les deux, dans le sens où c’est les thèmes abordés qui correspondent plus à une certaine époque, donc à un souci d’âge comme tu le dis. Mais c’est bizarre car on rencontre tout le temps ce problème dans les romans, et ça ne me gêne pas forcément. (ça va dépendre du livre ceci dit) Le pire pour Rimbaud, c’est que j’ai un tout petit livre avec ses poèmes et à l’époque, je n’avais pas réussi à m’y plonger. (à retenter un de ces jours peut-être) J’espère que tu parleras de Bonnefoy alors car je ne le connais pas du tout ! Concernant Laurent Gaudé, je trouve que ses romans ont une portée humaniste, même quand c’est restreint à la famille, comme dans Le Soleil des Scorta ou La porte des Enfers. J’avais vu une itw de lui pour la sortie de son recueil de poèmes et j’ai l’impression de pouvoir m’y retrouver du coup, ça a l’air d’être des thématiques dans la même veine.
        Merci pour le site du coup, qui m’a l’air bien utile soi-dit en passant. 😉
        (aha, je viens de t’en écrire un nouveau en plus 😛 )

        Aimé par 1 personne

      • Peut-être parce que les romans ont une portée plus universelle et que les poèmes sont plus personnels ? C’est vrai que c’est un bon point à soulever, c’est drôle ces différences qu’on peut relever d’un genre à l’autre !
        Après, les goûts et les couleurs, si ça se trouve Rimbaud ne te parlera pas ! ( on dirait que je te parle d’une petite séance spiritisme xD ) je note je note, peut-être le troisième rdv tiens, comme je comptais parler Rimbaud la semaine prochaine ! Ce pauvre Laurent Gaudé m’a traumatisé involontairement au collège à cause d’une rédaction sur le Soleil des Scorta… Depuis j’ai lu un de ses romans, la Mort du Roi Tsongor, et je me suis un peu réconciliée avec lui mais sans plus, donc il faut vraiment que je tente autre chose de lui ! Surtout que tu en parles bien et ce côté humaniste m’attire beaucoup.
        Oh mais de rien, j’espère qu’il t’aidera. c:

        Aimé par 1 personne

      • Ah oui, je n’avais pas vu les choses comme ça, tu as sûrement en partie raison !
        J’ai pas essayé de lire Rimbaud depuis au moins 7 ou 8 ans, on évolue donc je me dis que ça peut passer 😛 Si tu fais un rdv avec lui, ce sera avec plaisir !
        Laurent Gaudé avait aussi traumatisé des bacheliers de première en je-ne-sais-plus quelle année, je ne comprends pas. xD Et j’ai même pas lu La Mort du roi Tsongor. (je suis fan mais j’ai pas tout lu, loin de là !) Je te conseille La porte des Enfers, mon petit préféré. (que je relirai sûrement cette année parce que ce livre me manque, voilà)
        J’ai regardé un peu le site et j’en avais bien aimé un, mais son titre m’échappe…

        Aimé par 1 personne

      • Ah oui c’est sûr que là, il y a eu une grande évolution depuis je pense haha ! J’essaierais du coup de faire ça dans les prochains numéros du rendez-vous. c:
        Ouiii, avec une histoire de rivière et de tigres si je me souviens bien. xD Il m’a traumatisé pour une sale question de perfectionnisme perso’, des broutilles d’exigence, c’était juste une rédaction où il fallait imaginer la fin du Soleil des Scorta ( et j’adorais les rédaction et j’avais aussi l’habite de me débrouiller pas trop mal… ) donc quand j’ai vu que j’avais eu « que » 13 j’étais dég et j’ai eu une forte rancoeur contre l’auteur, le pauvre ! xD J’avais trouvé le roman très beau, mais j’avais eu un peu de mal avec l’écriture.. Mais je te le conseille quand même le fond était hyper intéressant. D’accord, je note, merci pour le conseil !
        Ah zut.. Surtout que y’en a la pelle des poèmes donc bon courage pour le retrouver. ><

        Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est ça, ça m’a beaucoup fait rire et je trouve ça un peu dommage car les lycéens pouvaient très bien ne pas savoir que le Tigre Bleu est un fleuve, par contre il était évident qu’on ne parlait pas d’un vrai tigre en lisant le texte, donc là, l’analyse était au plus bas :/
        Aha, je te comprends, dès que j’avais en-dessous de 15 en français, je l’avais mauvaise ! Je crois que je lui en aurais bien gardé rancune moi aussi. 😛 (j’ai une dent contre Paul Eluard à cause de l’oral de français, je n’avais eu que 13 aussi xD) Et sinon, j’ai déjà lu Le Soleil des Scorta. 🙂 (pour l’écriture, on ne peut pas y faire grand-chose)

        Aimé par 1 personne

      • Oui c’est totalement vrai, je crois que par curiosité j’avais zieuté le texte. Même sans être pro des métaphores etc, c’était assez flagrant, mais bon…
        c’est dingue quand on a des matières chouchoues ce qu’on peut devenir exigeants envers nous-mêmes ! xD Ah ça aurait été franchement ballot comme c’est un des tes auteurs préférés, donc heureusement que ça n’a pas été ton cas haha. ( J’pense qu’Eluard s’est fait pleins d’ennemis, j’ai un ami qui s’était vautré à l’oral à cause d’un de ses poèmes… On va dire que je voue un amour inconditionnel à Camus alors vu qu’il m’a fait assuré mon oral de français haha, j’ai vraiment eu une chance de cocu ce jour là x) ) C’est sûr que l’écriture, c’est ça passe ou pas, mais peut-être qu’elle diverge de ses autres romans donc je testerai bien autre chose !

        Aimé par 1 personne

      • Je suis contente que tu sois d’accord avec moi car quand j’avais dit ça, on m’avait dit que j’étais trop dur… jusqu’à ce que je comprenne qu’un de mes petits cousins faisait partie de cette session. xD
        Ah oui ? J’avais l’impression qu’Eluard était assez apprécié (on ne va pas se mentir, j’ai beau détester la poésie, c’est loin d’être le pire) Oooh, tu as eu trop de chance avec Camus. (t’as eu quoi exactement ?) J’aurais pu l’avoir, mais le sort en a décidé autrement…
        Oui, tu peux en tenter un dernier, mais si vraiment ça ne te plaît pas, passe à autre chose !

        Aimé par 1 personne

      • Ah d’accord, fallait défendre le petit cousin en fait ! xD J’ai été le relire rapidos, mais même si je n’ai pas une grande culture G, j’ai déjà entendu que l’Euphrate était un fleuve dooonc je dois pas être la seule hein, et beaucoup ont une culture plus grande que la mienne alors je vois pas trop pourquoi ça a pas fait tilt pour les bacheliers… Puis, un peu plus bas y’a le Gange de nommé ( avec une note en plus non mais sérieux… ) et une ENORME présence du champ lexical de l’eau ou juste liquide.. Donc bon tu relèves le champ lexical, tu peux te dire que ce qui est bleu peut faire référence à une source d’eau…
        Mon ami était dans un lycée différent donc je ne sais pas trop la réception d’Eluard là-bas (surtout qu’en plus, c’était le lycée Paul Eluard haha, fallait bien qu’ils planchent sur sa poésie ) mais de ce qu’ils m’avaient dit, personne comprenait vraiment ses poèmes ( après, peut-être que le prof n’était pas top aussi, je n’en sais rien.. ) J’avais lu Capitale de la Douleur y’a 2 ans en seconde comme il était dans ma liste de français (et qu’on ne l’a jamais étudié ceci dit… –‘ Comment acheter un livre pour rien hein ) et, wow, j’étais à côté de la plaque, c’était comme regardé un film en russe sans sous-titre, mais riiiien compris/ >< J'étais tombée sur l'Incipit de l'Etranger ! Donc facile franchement. La chance venait du fait que personne ne ma classe qui passait avec cette prof n'avait son texte en entier, je ne les remercierais jamais assez haha.
        Je prends en note le conseil !

        Aimé par 1 personne

      • Oui, j’ai fait une boulette ce jour-là. xD Sinon, tu as très bien analysé le texte, dis-moi. 😛 Les lycéens auraient dû y arriver aussi, on leur apprend à analyser mais je crois surtout qu’ils ont sous-estimé la matière…
        Vous avez acheté un livre que vous n’avez jamais étudié ensuite ? Sympa pour le porte-monnaie, ça. -_- En plus, souvent, on ne comprend bien un texte qu’en l’ayant étudié… Et sinon, tu as trop eu de chance, je t’envie ! J’avais à étudier le roman en première et j’aurais bien aimé tomber dessus, mais bon…

        Aimé par 1 personne

      • Dans tous les cas ça aurait été hypocrite de dire que c’était extrêmement compliqué juste pour pas vexer la famille, donc bon, c’est fait c’est fait. xD Oh bah merci dit donc ! Pourtant j’ai même pas cherché à analyser, juste en le lisant ça m’a percuté donc preuve que c’était pas d’une difficulté extrême… Je pense que c’est ça malheureusement, puisque c’était filière S et ES, souvent ils jugent que le français c’est rien pour eux… ( comme en L avec la LELE qui est coef 1, y’en a pleins qui s’en fichent parce que c’est pas un gros coef –‘ )
        Ouais, j’avais vraiment été ravie franchement… Donc je me suis plus ou moins forcée à le lire puisque je ne voulais pas l’avoir acheté pour rien quoi.. C’est ça oui, surtout pour de la poésie surréaliste… Je reconnais ma chance pour le coup ! Ton amour pour Camus était déjà présent à ce moment là ?

        Aimé par 1 personne

      • Oui, voilà. (et il n’y a que la vérité qui blesse, hein – ou comment se faire des ennemis) Et il ne faut pas sous-estimer sa capacité d’analyse comme ça ! C’est quoi LELE ? 😮
        Je pensais la même chose que toi… à part que je ne l’ai jamais fait. Les livres scolaires achetés non lus… ne sont toujours pas lus pour la plupart. xD Donc tu as pris une bonne résolution ! (qui réduit ainsi ta PAL, notons l’avantage) Non, j’ai découvert Camus à ce moment-là, j’avais lu L’Etranger pour la première fois et ça a été le coup de foudre à vrai dire.

        Aimé par 1 personne

      • C’est que trop vrai ! Mais c’est vraiment déprimant qu’en étant sincère, on se fasse le plus d’ennemis… Monde plein d’hypocrisie, quelle joie ! LELE c’est l’abréviation pour Littérature en langue étrangère, le plus souvent en anglais ( mais y’a des lycées qui le font avec d’autres langues )
        En un sens je te comprends, comme ils gardent l’étiquette « livres de cours » ça doit pas trop enchanter en plus… Haha à ce moment là, ma PAL était toute petite, même pas 10 livres, donc la diminuer d’un livre, ça allait. :’) ( comment j’en suis arrivée à ma soixantaine de bouquins…. je ne comprendrais jamais haha ) Oh d’accord !

        Aimé par 1 personne

  2. Comme je l’ai déjà dit, je fais partie des gens qui ont un peu de mal avec la poésie. Et pire, j’ai encore plus de mal avec Baudelaire ^^ Alors quand j’ai vu que tu allais nous présenter un texte du bonhomme, j’étais pas sereine ^^
    Mais en fait ça va franchement, surtout la première strophe qui m’a beaucoup plu et j’ai eu la même lecture que toi concernant les Anges =)
    Par contre la dernière strophe m’a complétement perdue et j’ai été contente de voir ce que tu proposais parce que pour celle là, j’ai rien comprenu u_u
    En tous cas j’aime beaucoup ce rendez vous, hâte de découvrir d’autres poèmes =D

    Aimé par 1 personne

    • Ah bah merde je les ai accumulé là ! xD Mais t’inquiète, il risque d’être le seul que je partage de lui ! Je me rappelle quand j’avais du lire les Fleurs du Mal pour les cours, ma prof avait demandé à ce qu’on sélectionne 10 poèmes… J’avais que celui-là, j’ai du me forcer à en trouver 9 autres parce que y’avait rien qui me marquaient. xD Donc t’en fais pas, tu peux respirer, il risque de pas faire son apparition de si tôt le monsieur !
      Aaah ça me fait plaisir tout plein si on a eu la même lecture. c:
      Objectivement, il me semble que la dernière strophe est beaucoup plus forte en religion ( parce que David est un perso biblique si je me trompe pas, mais je suis qu’une athée sans culture religieuse alors je suis sûre de rien ;; ) donc ça m’a un peu l’air d’être le salut, genre l’accord pour mourir en paix etc, ou alors être sauvé de la mort par l’Ange ? Je sais pas non plus, donc comme toi, je l’ai pas bien comprenu, alors boum, je me l’adapte ! Magique la poésie ! 8D
      Je suis vraiment contente que ce rendez-vous te plaise ! J’espère que ça nous aidera toutes et tous à débloquer un peu et à aimer la poésie !

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai tendance à penser comme toi que l’on n’a pas besoin de comprendre la poésie pour être touché par elle. J’ai lu par exemple un poème de Garcia Lorca récemment que je n’ai pas du tout compris mais le rythme , les mots la sensation m’ont touchée , il y a je crois bien des façons d’apprécier la poésie et je pense qu’il y a aussi une poésie pour chacun d’entre nous un peu comme il y a forcément un livre qu’on va aimé il suffit juste de trouver ce qui nous plaît. J’aime bien me laisser guider par mes sentiments mais j’aime bien analyser les poèmes je conseille donc pour les gens peu à l’aise de lire des recueils annotés c’est tellement agréable de comprendre le sens aussi d’un poème. En tout cas j’ai hâte de te lire toutes les semaines 🙂

    Aimé par 1 personne

    • C’est vraiment intéressant ça ! Tu compte mettre ce poème de Garcia Lorca dans un des numéros de ton rendez-vous ? Je trouve ton commentaire vraiment beau en tout cas, et je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis, il y a bien un poème quelque part qui nous séduit.
      Merci beaucoup, je réitère mais j’aime vraiment l’idée que tu as eu pour ce rendez-vous !

      Aimé par 1 personne

  4. Oooh *___* ce qu’il est fort ce poème ! Je ne le connaissais pas mais j’aime beaucoup ! Et j’aime bcp ce nouveau rdv ! C’est vrai que je ne lis pas bcp de poésie, pour ses raisons différentes mais si ça me permet de découvrir des beaux textes comme ça, ça me va ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. J’ai de plus en plus envie de le reprendre ce rendez-vous ! Je vais déjà me mettre à chercher un poème parce que ce genre comme tu l’as dis si bien est très peu lu alors que la poésie c’est le genre qui soigne le plus l’âme. Et puis tu as débuté par Baudelaire, celui qui me touche le plus comme poète.

    Aimé par 1 personne

    • Je t’y encourage vivement, c’est tellement agréable et enrichissant de découvrir un genre qu’on exclu par le biais des autres, ça donne envie de se jeter en plein dedans !
      Je suis heureuse d’avoir choisi un poème que tu aimes alors !

      J'aime

  6. Mais quel bel article 😮
    J’aime beaucoup le principe de ce rendez-vous, ça humanise un peu la poésie qui peut sembler parfois très difficile d’accès.

    J’aime beaucoup Baudelaire, mais peut-être plus pour le spleen de Paris que les Fleurs du Mal (mais je pense que j’ai un peu plus d’affinités pour la poésie en prose).
    Tu as déjà essayé de lire les chants de Maldoror de Lautréamont au fait ?

    Aimé par 1 personne

    • Merci tout plein. ♥
      C’est tout à fait ça oui ! C’est pour ça que même si je connais peu le genre, je me suis dis que ce rendez-vous était l’occasion parfaite pour découvrir un peu plus, et essayer de rendre ça plus accessible pour beaucoup ! Ce serait super intéressant que tu le reprenne si le coeur t’en dit parce que tu as l’air d’avoir une bonne culture poétique !

      Je pense te rejoindre, je n’ai pas lu le Spleen de Paris, mais il y a une partie spleen dans les Fleurs du Mal et c’est celle que j’ai préféré, donc je lui donnerais sans doute sa chance. ( ça tombe à pic, je comptais présenter Yves Bonnefoy dans un des numéros de ce rendez-vous, et il a fait beaucoup de prose, peut-être que ça te plaira si tu ne connais pas. )
      Pas du tout, je ne connaissais même pas pour tout t’avouer ! J’ai vraiment une toute petite culture sur ce côté-là… Mas je note le titre, parce que le personne mystérieux et maléfique m’attire bien !

      Aimé par 1 personne

      • Eh bien c’est réussi ♥
        Rolalah, mais tu as décidé de booster ma confiance en moi ces derniers jours dis donc ! Je pense que je te le piquerais à l’occasion dans ce cas, c’est vraiment une belle idée (et ça permet d’être dans des chroniques moins analytiques et plus sensorielles et personnelles je pense)

        Je ne connais pas du tout Yves Bonnefoy alors j’attendrais ton article 🙂
        Je pense que Lautréamont peut te plaire, c’est en effet tout à fait mystérieux et maléfique :p

        Aimé par 1 personne

      • Oh c’est trop gentil ! >w<
        Ah mais si ça t'aide à gagner un peu plus confiance en toi, ça me ravie ! Mais en tout cas (et c'est principalement ça hein, parce que ça sert à rien de dire pour dire et faire la toute mimi) c'est pensé, donc je pense vraiment que tu le mérites ! Roh ci trop chouette alors c: C'est vrai oui, ce serait un aperçu différent mais qui reste hyper intéressant pour découvrir un peu plus qui tu es !

        Bon bah je pense que bam, dès demain ce sera Bonnefoy ! (Rimbaud peut encore attendre une semaine, il ne s'échappera pas comme ça haha ) Puis Ada de la Tournée de livres ne connais pas non plus cet auteur, donc c'est parfait si je peux vous le faire découvrir. ^^
        Je te fais pleinement confiance alors, encore merci !

        Aimé par 1 personne

  7. Il est pas mal ce rendez-vous mais je fais toujours un gros blocage avec la poésie ><. J'ai bien aimé Baudelaire au lycée, on avait étudié les fleurs du mal (typical), c'était facile à analyser mais maintenant j'aime beaucoup moins, et j'accroche moins à la poésie. Parfois je m'y reconnais, d'autres fois non. Bref, une relation complexe haha.
    Mais, comme tu dis, c'est pas une raison de laisser ce genre de côté ! Donc, hourra à la poésie tous les jeudis haha

    Aimé par 1 personne

  8. Pingback: #5 – Jeudi, c’est poésie ! – La Récolteuse de Mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s