La Récolteuse grandit !

 

1
Henrietta Harris.

 

Petit bébé devient grand ! En ce premier novembre, la Récolteuse de Mots fête sa toute première année à vos côtés ! 

C’est à la fois pas grand chose et tellement… Pas grand chose dans le sens où le temps passe extrêmement vite, où le blog a subit une vraie pause, et des bas côté alimentation, donc je n’ai pas vraiment vécu cette année dans son entièreté. Mais c’est la preuve que ce blog n’est pas « que moi », sinon j’aurais soustrait les mois d’inactivité pour lui rendre un âge pouvant sembler un instant plus juste.
En effet. La Récolteuse de Mots, bien que le sujet soit au singulier (et puis au féminin, désolée pour les lecteurs), ce n’est pas que la bloggeuse derrière son écran d’ordinateur. Mais c’est tout autant vous. Si ce blog a survécu à sa première année, c’est bien grâce à vous tous, lecteur-trices, qui récoltez vos propres mots par le biais de vos lectures, mais qui daignaient également récolter les miens. Peut-être qu’en créant mes articles, je donne un soupçon de vie au blog, mais vous le faites grandir par votre présence, par votre réactivité, par votre partage, par tout ce que vous apportez. Récolteurs et Récolteuses, je vous en suis extrêmement reconnaissante. Ce sont peut-être des banalités, ou en tout cas, des choses que l’on retrouve à nombreuses reprises lors des blog’anniversaire ; mais ce n’est pas pour autant que ce n’est pas sincère. Tout ce que vous m’apportez est tout simplement incroyable, c’est un plaisir que de me poser face à mon ordinateur, de me retrouver face à la page blanche d’un article que je veux m’empresser de remplir de mots, et de le publier, parce que j’ai grand goût à vous partager mes maigres récoltes, à faire de cette activité souvent jugée solitaire un moyen de partage, de convivialité.
J’ai certes grand goût à rédiger ces billets, mais encore plus à cliquer sur la petite cloche marquée de son point orange, signe de notifications, signe de présence. Chaque cœur et petit + dans leur rond douillet m’embaument le cœur, et la plupart des commentaires me font esquisser un immense sourire. Le bonheur de voir votre intérêt qui m’a l’air grandissant pour ce que je vous propose (peut-être est-ce égoïste, mais je ne peux nier que ça fait un bien fou, oui, ça flatte l’égo, mais vous savez me redonner confiance, me rassurer, et c’est énorme.) et m’amenant à tenter de me dépasser pour vous et vous livrer encore mieux ; la béatitude d’engager un brin de discussion, d’en apprendre plus sur vous, de vous découvrir ; la joie de partager, de vous faire parfois découvrir de nouvelles choses, mais que ce soit également le cas de votre côté, vous me faites gonfler ma wishlist, vous me faites des remarques toujours plus intéressantes les unes que les autres, vous me permettez de voir plus loin, au point même que parfois vous m’apportez une réflexion telle à l’issu d’un article que  j’ai envie de le réécrire pour apporter les lectures que vous m’en faites ! Mille et un moments d’euphorie à vos côtés, de merveilleuses rencontres, de doux mots m’ayant parfois fait pleurer. ( top secret : je compte sur vous pour ne pas ébruitez ça, mais oui, vous êtes tellement adorables que je me suis retrouvée à renifler à plusieurs reprises face aux commentaires haha. )
J’ai eu la chance de rencontrer l’une de ces merveilleuses rencontres ( Biche, comme tu dirais, tu te reconnaitras ! ) — même si le cadre n’était pas super propice malheureusement…  — et engagé une correspondance avec une autre pépite, et j’espère, même je compte rencontrer les autres d’une manière ou d’une autre pour rendre cette aventure encore plus réelle. ♥

En attendant, un récap de toute cette année, ça vous tente  ?


En un an, la Récolteuse en chiffres (rébarbatif mais ça montre l’évolution), c’est :

104 articles, celui-ci compris,
7 480 vues pour
2 411 visiteurs,
1 257 j’aimes ainsi que
1 639 commentaires :
175 abonnés, ce qui est énorme pour moi !

C’est également un passé, des catégories entreprises mais maintenant laissées dans les archives :

  • Le Throwback Thursday Livresque, où je n’avais jamais présenté deux fois le même livre (fiertééééé)
  • C’est le 1er, je balance tout ; je vous parlais du détachement de ce rendez-vous la semaine dernière.
  • Un unique exemplaire de la Pause Wattpad, vers les débuts du blog, qui a plutôt fait un flop et que de toute manière je ne peux plus alimenter comme je ne lis plus sur cette plateforme.

Mais en contrepartie, c’est beaucoup de nouvelles catégories instaurées :

  • Le Jeudi, c’est poésie !
    que j’ai repris du blog Nina se livre, où on dépasse nos préférences littéraires pour découvrir quelque peu la poésie ;
  • Mes bulles du mois,
    en ce moment absentes mais qui, je promets, reviendront ! Et qui présentent par mois une BD ;
  • L’Art en livres,
    histoire de parler sensibilité artistique et faire découvrir des personnes talentueuses tout en restant dans le domaine des Mots ;
  • Les Chansons littéraires,
    pour animer les lectures avec un brin de musique, et surtout pour explorer une autre forme de poésie en un sens ;
  • On se livre,
    où j’aborde un thème plus ou moins personnel, vous fait une sélection de 16 bouquins dessus, inspiré par le A la recherche… de Petite Plume, mais auquel je rajoute une partie confession pour que l’on apprenne à mieux se connaître, où je vous partage le lien que j’ai au sujet et vous invite si vous le souhaitez, à faire de même ;
  • Mon rapport à…
    ces auteurs qui me font vibrer, qui m’enchantent, me fascinent. Catégorie pour l’instant maigre, s’étant créée par pur hasard en voulant rendre hommage à Victor Hugo.

C’est aussi quelques challenges et tags :

  • En vrac, la catégorie challenge (où il en manque un que je vous mets après haha), où vous pouvez retrouver les WE à 1000 et Semaine à lire, ainsi que le…
  • Challenge Baker Street, que j’oublie assez fréquemment de checker donc je ne valide pas certaines consignes, ce qui me le fait durer encore plus mais qu’importe parce que je l’aime beaucoup !
  • Mais aussi le Challenge Prix Nobel, qu’entre nous je ne parviendrais pas à réaliser en temps et en heure, mais dont je compte lire la liste au delà de la limite (d’ailleurs, je ne les ai pas tous chroniqué, mais pour le moment j’ai lu Garcia Marquez, Hemingway qui m’a amené à un abandon, Gao Xingjian, et à venir Ohran Pamuk !)
  • Et des tags, assez multiples, parce que j’adore ça, pêché mignon de bloggeuse hihi.

Petit zoom sur vos 5 articles préférés : 

  • Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci est la chronique en tête ! Ca m’a tout chamboulée, l’article a eu une hausse de vues puisque l’auteur lui-même l’a partagé sur son compte Facebook, chose que j’ai découvert par pur hasard, ça a été comme une consécration, et cet auteur est une belle personne, j’ai pu lui parler un peu par mail et ça a été un plaisir.
  • Mon rapport à Victor Hugo, article qui je ne pensais pas plairait autant !
  • Le Questionnaire Marcel Proust, où les questions sont assez farfelues pour apprendre à se connaître,
  • La première édition de C’est le 1er, je balance tout,
  • Et enfin le Challenge Baker Street dont le lien est plus haut.

Ces articles presque fantôme du blog, ayant eu peu de succès (en terme de vues selon les statistiques, tout en bas du classement) : 

Ces chroniques dont je reconnais être assez fière ( moment narcissique ! ): 

  • Tout dernièrement, mon avis sur la Voleuse de livres. Ca a été un plaisir à rédiger, j’ai davantage travaillé son écriture comme je le fais quand j’écris une nouvelle ou autre. J’ai voulu lui apporter une forme peut-être plus poétique que mes autres chroniques, plus élaborée pour sûr, et vos retours m’ont fait énormément plaisir et oui, ça rend assez fière tout ces compliments quand même haha.
  • De même pour mon avis sur Aurélien d’Aragon. J’étais satisfaite par les brins d’analyse que j’avais apporté, j’avais le sentiment de vous apporter un peu de matière sur ce livre, et vos commentaires, voir que je vous donnais envie de le lire, ça m’a beaucoup bouleversé !
  • Article controversé, ayant eu des mauvais comme de bons retours, mais donc j’étais contente en le publiant, voulant essayé d’apporter une réflexion dessus : Lolita, de Vladimir Nabokov. Peut-être n’ai-je pas saisi le livre comme certains me l’ont reporté. Ou peut-être ai-je voulu voir des choses qui n’existaient pas, qu’importe. Un de mes premiers articles à être long, sur lequel j’avais beaucoup travaillé, donc c’était le principal.
  • Avoir réussis à vous livrer suffisamment mon amour pour Océan Mer  d’Alessandro Baricco et parvenir à vous donner envie de le lire lui aussi.

Et à venir, la Récolteuse, elle a des projets ?


Ce sera la partie la moins étoffée (parce que l’article sera bien assez long !) parce qu’à vrai dire, les choses se feront telles qu’elle se feront haha, je n’ai pas énormément de projets. J’espère qu’un jour le blog tiendra assez bien pour lui offrir son petit domaine ; vous permettre de remporter des choses de-ci de-là ; rencontrer toutes celles et ceux qui le veulent ; continuer de diversifier autant que possible les catégories du blog, ouvrir des sujets de discussion, peut-être quelques brins d’histoire littéraire, etc. La seule chose assurée, c’est qu’avant la fin de l’année, je me réapproprie les Jolies Choses de Pauline pour permettre une pause non-littéraire.

Parce qu’un an, ça se fête.


 Je n’ai malheureusement pas de concours à vous proposer ( pas l’argent toussa, un jour j’essaierais de vous en organiser un ! ) mais je voulais quand même vous offrir quelque chose. Je ne sais pas si on peut dire offrir, c’est plus un partage dans le cas présent, mais en même temps, je vous offre ce qui va suivre, chose que je n’ai pas livrée à tout le monde… En même temps que je tape ces quelques lignes, j’essaie de me convaincre que ce n’est pas dans un élan d’égo pour vous dire « hé, regardez ce que je fais »… Bref, je ne sais pas si c’est un geste positif ou non,  à vous d’en juger.
Depuis un mois ou deux, depuis que j’ai songé à l’article des 1 an du blog, j’ai eu cette envie folle de vous partager un texte. Comme beaucoup de lecteur-trices, j’aime non seulement tenir un livre entre mes mains, mais également une plume. J’écris, certes de manière très irrégulière, mais j’écris, et j’ai d’ailleurs deux projets : un roman, chose la plus secrète dont je ne parle pas plus que sous ces mots là ; et un recueil de nouvelles que j’aime appeler Portraits, que j’essaie de partager de temps à autres, dont je parle plus volontiers. Dans le Blogger Recognition Award, je vous disais que le nom du blog venait d’une nouvelle que j’ai écrite, qui est à l’origine de ce projet de recueil. rédigée par hasard, faisant naître quelque chose, ce qui fait son importance à mes yeux. Au départ écrite pour quelqu’un, maintenant, j’ai envie de dire qu’elle est écrite pour tous (parce que oui, quelqu’un me l’a inspiré mais elle ne lui est à présent plus dédiée) Elle a gagné cette année encore plus d’importance, puisque c’est par elle que j’ai remporté le concours de l’Amopa, m’encourageant à poursuivre dans l’écriture, à donner tracer ces divers Portraits.
Si je tenais à vous la livrer, c’est parce que la Récolteuse est née de là. C’est donc assez symbolique à mes yeux, et puis…. Sans juste parler du blog ou de moi, vous êtes des récolteuses et récolteurs. D’où ce texte un peu long au début. Ce n’est donc pas grand chose, mais en même temps, au bout d’un an, c’était la moindre des choses de vous faire découvrir l’origine.

Le Tricoteur de mots.

            Il était une fois un tricoteur de mots et une femme qui en faisait la récolte.

            L’homme avait l’habitude de se retrouver seul, ses aiguilles pour unique compagnie qu’il actionnait sans cesse. Sans répit, il tissait de longs fils de mots qui s’enchaînaient les uns à la suite des autres, chaque retour à la ligne annonçait soit la formation de nouveaux paragraphes ou encore la création de somptueux vers. Car le tricoteur de mots était avant tout un poète, mais son humilité refusait l’attribution de ce titre. Poète, c’était un bien grand mot à ses yeux. Selon lui, il n’était qu’un brodeur d’histoire, un tisseur de nouvelle, un couturier en poésie. Un artisan de la littérature, mais pas spécialement un partisan. Ses mots, il ne les gardait pas pour lui, il en faisait l’offrande au Monde. Il les parsemait à droite et à gauche, il les répandait par charité. Juste afin de voir vivre ses textes sur le visage d’autrui, par un regard, par un sourire, parfois même par une larme. Seulement, par mégarde, il arrivait que ses mots soient en réalité des maux qui s’échappaient parmi la multitude. Ils erraient entre les gens, invisibles le plus souvent.

            Mais c’était sans compter la « récolteuse de mots », comme elle aimait s’appeler. Elle partait à la quête des paroles laissées au cœur des villes, elle reconstituait des histoires avec des lettres trouvées en coins de rues. Au fur et à mesure de ses déambulations, elle avait succombé à des dires tout particuliers. Ce n’était jamais un seul mot relâché par hasard mais des bribes de textes, des vers entiers qui reposaient sur les murs, sur les sols, sur l’herbe et même dans l’air. Ces phrases regorgeaient d’une sonorité poétique propre à une seule personne. Elle étudiait ses récoltes et faisait ressortir les maux qui se cachaient dedans. Elle ne les jetait pas, elle les gardait encore plus précieusement et apprenait à les comprendre, à les aimer. Secrètement, elle espérait retrouver l’auteur de ces fragments de poèmes ou bien de nouvelles pour avoir la chance de lire des écrits complets et pour connaître l’entièreté de cet être.

            Un jour, tandis qu’elle vagabondait à la recherche de nouvelles histoires, elle tomba sur une ressource de mots. Elle leurs porta une grande attention et reconnue la plume de cet auteur secret. Empoignant les mots dans la paume de ses mains, elle réalisa qu’il n’y avait aucune cassures entre eux. Il y avait bien des espaces, mais chaque paroles semblaient reliées à un fil transparent. Comme des longs fils, des cordes de mots. Alors elle les utilisa comme tels, espérant ainsi retrouver la source. Plus elle avançait et plus elle prit conscience qu’il s’agissait de maux. Ils possédaient une douleur sans pareille et fusaient de mille parts comme s’ils appelaient à l’aide. Doublant le pas, la récolteuse de mots parvint à son poète tant convoité. Au cœur d’une étendue verte, il siégeait là, il attendait, il tricotait. Il fallait avoir l’œil pour le trouver, caché sous le feuillage d’un majestueux saule pleureur, avec à ses côtés un fin cours d’eau qui s’écoulait. Timidement, la jeune femme approcha. Elle  s’accrochait à ses cordes de mots et s’en aida pour venir l’observer de plus près. Étrangement, sa présence semblait interrompre le renouveau de ces maux, elle dissipait le nuage qui se formait autour de lui.

            C’était un bel homme. Peut-être pas « beau » comme on l’entend, pas l’Apollon de toute une masse, pas celui qui fera succomber tous les cœurs à sa simple vue. Mais il avait une beauté bien à lui, assez singulière. A le voir au premier coup d’œil, peut-être était-il un peu surprenant. On ne s’attend pas à voir ce visage derrière des mots aussi éblouissants, mais on les comprenait mieux. Sur son faciès régnait un éternel sourire, non pas celui qui exprimait la joie, mais un empreint d’une tristesse, d’une souffrance, d’une véritable affliction. La dureté de la vie lui avait sourit et avait laissé sa trace ; elle ne s’est pas gênée un instant pour tirer sur les commissures de ses lèvres, quitte à les déchirer, juste afin de faire croire aux autres que tout allait bien. Un masque de porcelaine, à la fois solide et fragile. Tout le monde y croyait. Les Hommes passaient et ne l’observaient pas, ils l’entrevoyaient, le survolaient. Ils ne soupçonnaient pas une seconde la fausseté de ce rictus, aussi flagrante était-elle. Ils voyaient encore moins les autres blessures qui l’habitaient, toutes les plaies qui le recouvraient. Des blessures de guerre, des blessures de vie. Les cicatrices de son combat contre lui-même, contre ces démons qui l’animaient, ces fantômes qui le hantaient, ces ronces qui le déchiquetaient, ces pensées qu’il ruminait. Sauf la récolteuse de mots. Elle les voyait, elle. Elle y trouvait du charme, un plus grand intérêt que chez tout ces automates. Elle y trouvait de la sensibilité, du vécu. Elle voyait enfin l’entièreté.

             Une fraise en dentelle encadrait son visage afin de le mettre en valeur, mais créait par la même une rupture entre son corps et son esprit, comme si une distanciation avait lieu, comme si les deux ne cohabitaient pas. A l’emplacement de son cœur ressortait une clef digne des anciens jouets mécaniques. Elle aussi avait l’air d’avoir traversé de tumultueux événements et avait quelque peu rouillée par endroits. Peut-être son cœur n’avait pas servi depuis longtemps, peut-être avait-il tellement souffert qu’il avait préféré s’arrêter pour le moment.

            La récolteuse de mots se posta juste devant lui afin de détacher la collerette qui emprisonnait sa nuque, espérant ainsi une union entre ce qu’il avait jusqu’à présent opposé. L’osmose ne se ferait pas aussi facilement que ce geste, ce sera sûrement un travail de longue haleine, un long chemin durant lequel l’esprit et le corps se regarderont en chien de faïence, le temps qu’ils apprennent à se cerner, à s’appréhender. Après multiples craintes, pensant qu’elle n’en aurait jamais la force, elle saisit la clef qui renfermait son cœur et la tourna délicatement. Cela se fit sans aucunes difficultés, les rouages mirent juste du temps à s’enclencher à nouveau, à permettre au jeune homme de prendre en compte son existence.

            Désormais, aussi bien ses douleurs, ses paroles que le tricoteur de mots en lui-même n’étaient plus invisibles. Peut-être que la foule continuait de passer sans lui prêter d’attention particulière, mais il restait visible, il était vivant, il existait pour ne serait-ce qu’une personne. Aux yeux d’un être, d’une femme, il était tout. Il représentait son Tout.

           Le rôle d’ « unique compagnie » n’était plus attribué à ses aiguilles, elles étaient certes des compagnons de voyage, l’outil dont il avait besoin pour tricoter sa Vie. Il attribuait et léguait ce titre à celle qui récoltait les fruits de ses écrits. Car à présent, cette présence au sein même de son nuage de maux permettait de sublimer ces derniers.


 

Encore merci à vous. 

Naomi, alias la Récolteuse. 

Publicités

53 réponses sur « La Récolteuse grandit ! »

  1. latourneedelivres

    Il est superbe, ton texte ! Et puis je veux bien avoir un tricoteur de mots et être sa récolteuse de mots /tousse/, pardon. Blague à part, tu écris vraiment très bien 🙂 C’était vraiment très beau à lire… et assez émouvant, en tant que lectrice !

    Joyeux anniversaire à ton blog alors ! Je crois que tu l’auras compris, vu que je commente la majorité de tes articles, mais j’aime vraiment beaucoup tes chroniques. ❤ Le "Jeudi, c'est poésie" aussi, malgré ma réticence à ce format littéraire, tu réussis à m'intéresser une fois par semaine (avec succès ou non !) à la poésie, ce qui est un exploit 😀

    J'ai hâte aussi pour ton prochain "Mon rapport à…". En tout cas, c'est un très beau bilan pour ton blog (j'en suis loin), félicitations ! Parmi les articles que tu préfères, je plussoie fois mille pour Aurélien d'Aragon, c'est un livre qui ne m'aurait jamais intéressé avant !

    (j'espère qu'on se rencontrera un jour quand même)

    Ton article me fait penser que ça fait bientôt un an pour le mien aussi, mais j'avais pas pensé à faire un article…

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      4 jours plus tard, je prends enfin le temps de regarder les commentaires, et comment te dire que j’ai ris et souris ( et que je souris encore bêtement derrière mon ordi ! ), à chaque fois, je suis gaga face à tes commentaires haha ! SI on se rencontre un jour – ce que j’espère fort fort, hein – je te promets que je me débrouille pour te faire une médaille improvisée d’abonnée adorable, tu es vraiment un amour ! Pardon, un AMOUR, j’insiste encore plus comme ça ! Merci infiniment pour la je ne sais combien de fois. ♥
      J’espère de tout cœur pour toi que tu trouveras un Tricoteur de mots. 😉 Bon je me sens toute plate à dire merci sans cesse, mais je ne trouve pas d’autres mots… Ca me fait tout drôle qu’on me dise que c’est émouvant, c’est la première fois que j’ai ce retour sur ce texte, donc ton avis se détache des autres. ♥ En tout cas ça me fait un plaisir fou que ça t’ai plu !

      Il faudrait vraiment que je regarde dans les commentaires mais je suis sûre à 90% que tu es celle qui commentes le plus mes articles haha, je ne me rappelle pas d’un article où tu n’as pas pointé le bout de ton nez ! Je vais vraiment plus me sentir à force tu me fais beaucoup, mais beaucoup trop de compliments. Tiens, une avalanche de cœur rien que pour toi : ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ !

      Je vais essayer de le faire aussi tôt que possible, au pire du pire, vacances de Noël je prendrais le temps si je l’ai pas trouvé avant pour le concocter ( oui bon c’est loin encore j’espère qu’il sortira plus tôt… ) Encore merciiiiiii ! C’est vraiment une fierté d’avoir su te donner envie pour Aurélien, j’espère vraiment de tout mon cœur qu’il te plaira, sinon je me sentirais toute bête !

      ( Je l’ai dis plus haut mais je le répète, je l’espère vraiment aussi. )

      Oh, pour toi aussi ? C’est dingue, ça passe vraiment vite le temps sur la blogo ! Tu l’as créés quand exactement ? Après tu n’es pas obligée d’en faire un article. c:

      Aimé par 1 personne

      • latourneedelivres

        Ca me touche tout ce que tu dis. :3 Et je ne pense pas commenter tant que ça quand même. 😮 (j’avoue, j’en sais rien) Ce qui est sûr, c’est que je lis tous tes articles 🙂
        Ah ben tu peux être sûre que c’était sincère quand j’ai dit que ton texte était émouvant, avec moi ça passe ou ça casse en plus.
        Je suis gênée par cette avalanche de coeurs, qui a d’ailleurs fait son job car je ne sais plus où me mettre, aha. En plus, il faut savoir que je suis très pudique par rapport à ça et que quand j’en sors un, c’est déjà énorme. Alors voilà : ❤ ❤ ❤ (gros effort pour moi)

        Ah non mais prends ton temps pour cet article, je ne disais pas ça pour te mettre la pression 😮 (en plus, je vois tout le boulot que tu fais sur Insta, ça me rappelle la fac)

        Je l'ai créé le 13 novembre de l'année dernière. J'ai déjà bien commencé un article, je crois que tant qu'à faire, autant le publier xD

        Aimé par 1 personne

      • recolteusedemots

        Je crois quand même que tu es le pseudo que je vois le plus apparaître hé ! En tout cas merci beaucoup de prendre le temps de tout lire. ♥︎
        Ah bah ça me touche encore plus merci beaucoup !
        Oh non désolée je voulais pas te gêner comme ça. >< Mooooh merci c'est vraiment énorme, mais ne te force pas hein ! En plus tes trois cœurs ils sont pile au milieu du commentaire, ça les rend encore plus sacrés ! Je les garde bien précieusement, merci beaucoup. :3

        C'est gentil merci ! Oh si tu savais, je travaille tellement pas assez pourtant je trouve, je sais pas où je passe mon temps en fait haha. J'espère que la fac c'était des bons souvenirs ? Que ça te traumatise pas d'y repenser… xD

        Ah oui vraiment tout bientôt ! Bon bah si tu le publies je suis pressée de lire ça ! En plus le lundi j'ai du temps quand même donc je pourrais en profiter !

        Aimé par 1 personne

      • latourneedelivres

        Oh bah de rien, c’est avec grand plaisir ! 🙂
        Ah mais non, faut pas rendre mes coeurs sacrés, oulala 😮

        J’te crois pas, on dirait que tu bosses tout le temps ! Alors, euh… Non, pas trop de bons souvenirs à la fac xD, à part les amies que je m’y suis fait bien évidemment.

        Je vais le finaliser demain d’ailleurs 🙂

        Aimé par 1 personne

      • recolteusedemots

        Bon sacré est peut-être un grand mot mais je souligne leur importance !

        Aaaah mais ça c’est parce que je partage quand je travaille ! xD Mais même je peux passer beaucoup de temps à travailler mais rien retenir… Enfin je sais pas je suis pas objective avec moi-même si ça ne tenait qu’à moi je dirais que je loupe mon année mais c’est carrément exagérer ^^’
        Ah bah désolée de te rappeler le passage pas cool de la fac alors….

        Aimé par 1 personne

      • latourneedelivres

        Je sais pas, t’as dit que t’avais eu 12 à un truc alors que la majorité a eu en-dessous de la moyenne, tu peux grave être fière de toi quand même !

        T’inquiètes, ça va un peu mieux. (même s’il ne faut pas me lancer là-dessus parce que j’ai la rancune tenace, aha)

        Aimé par 1 personne

      • recolteusedemots

        On a tendance à dénigrer la fac quand on est en prépa mais pourtant, oui, c’est une grosse charge de travail aussi, à partir du moment où on est sérieux et qu’on veut réussir et travailler, parce que beaucoup se prélasse comme les horaires sont moins « lourds » on va dire.
        Mais merci quand même !

        Aimé par 1 personne

      • recolteusedemots

        Certains, oui haha. Quelques surdoués j’imagine, enfin ça me dépite de voir un gars (en plus celui face à ma chambre à l’internat) qui a pas besoin de faire grand chose – voire rien – et qui réussit à fond… Enfin, la dissertation de français, il s’y est mis la veille pour apprendre des citations et a eu 13…déprimant…

        Aimé par 1 personne

  2. Plouf

    Oooh comme je suis ravie de retrouver ton blog avec cet article ♥
    Merci à toi pour tous tes petits mots, pour les chouettes échanges, pour les moments passés à me faire sourire derrière mon écran ♥
    Ta nouvelle est sublime (mais tu le savais déjà) et il faut ABSOLUMENT qu’on se fixe une date pour se voir en vrai pour papoter et boire un thé chaud ♥
    Voilà.
    Longue vie à la Récolteuse, et surtout longue vie à Naomi et ses si jolis mots ♥

    (et oui ce commentaire est rempli de coeur mais on s’en fiiiiiiiiche ♥)

    Aimé par 1 personne

  3. Pauline

    Joyeux anniversaire petite Récolteuse de Mots ♥
    Ton texte est superbe, merci de nous l’avoir partagé 🙂

    J’aime beaucoup ta rétrospective (je te piquerais peut-être quelques idées pour les un an du mien si tu me le permets :)), et vraiment tu es l’un des blogs littéraires que je préfère lire, tu as une très belle plume et ton avis est toujours intéressant.

    Très belle continuation à ton joli blog, et j’espère qu’on pourra se croiser un jour « en vrai » ♥

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Merci beaucouuup. ♥ ( oui je suis tardive sur les réponses. :’) )
      Ca me touche beaucoup, et ça me fait vraiment plaisir, vous l’accueillez tous très positivement ce texte ça me fait tout drôle !

      Oh mais pas de soucis, tu peux prendre tout ce que tu veux pour la rétrospective, ! Je suis contente que ça t’ait plu, j’avais peur que ce soit très lourd.
      Encore merci, ça me fait vraiment tout drôle à lire et ça me fait naître une joie immense, je ne sais pas pourquoi mais je trouve que tu es un grand blog, tu as des articles tellement bien construits que j’ai l’impression d’être toute petite à côté de toi, et avoir ta reconnaissance en un sens c’est un gros prestige à mes yeux hihi. ♥

      Encore merci beaucoup, j’espère bien oui, ce serait vraiment merveilleux de pouvoir se rencontrer !

      Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Merci mille fois, ton retour me fait immensément plaisir, c’est vraiment adorable… Je suis toute penaude, je trouve même pas les mots pour te répondre, c’est peut-être stupide mais tu m’en as mis les larmes aux yeux, ça me touche vraiment. Merci de t’être arrêtée par là. ♥

      Aimé par 1 personne

  4. Maned Wolf

    Toutes mes félicitations pour ce beau bilan (et joyeux bloganniversaire !) 🙂 c’est normal que tu doives baisser le rythme si tu as beaucoup de boulot, mais j’aurai toujours du plaisir à te lire !
    Et ton texte est très très beau, tout en poésie et j’aime beaucoup cette métaphore ❤️ merci de nous avoir fait partager l’origine de ce titre de blog !

    Bref, plein de bisous et j’espère que tu vas trouver un rythme qui te permette de continuer longtemps ! Et je te l’ai déjà dit, mais j’aime beaucoup le nouveau visuel 😀

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Merci beaucouuuuup ! Vous me rendez gaga ( j’ai voulu écrire « olala », et je me suis dis « Non arrête elle va penser que tu parodies la chanson Bad Romance de Lady Gaga »…. Je pense que je suis perchée. xD ) Tout ce que tu me dis là me touche beaucoup, merci à toi surtout d’être ici, d’avoir pris le temps de le lire. ♥

      Pleins de bisous à toi aussi ! Tu es trop adorable, merci beaucoup. ♥

      Aimé par 1 personne

  5. ThinkLovelyThoughts

    (Comme toujours j’arrive en retard) Joyeux Blog’anniversaiiiiiiire !
    Je suis tellement fière de toi et du chemin que tu as parcouru en 1 an, tu as fais une belle évolution et j’espère que tu es fière de toi pour ça !
    Je suis tellement contente qu’on se soit déjà rencontrées en vrai et j’espère qu’on trouvera vite l’occasion de se revoir (de manière un peu mieux organisée ahah), je ne regrette vraiment pas d’être venu déposer un petit commentaire sur ton blog il y a un an, je serais passer à côté de quelqu’un d’extra ! D’ailleurs j’ai eu les larmes aux yeux quand j’ai lu le « Biche », j’ai trouvé ça adorable que tu es retenu que j’avais cette habitude de langage ahah.
    Et puis ton texte sur La récolteuse, une merveille, je comprends pourquoi tu as mérité un prix d’expression écrite !
    Continue sur ta lancée Biche, t’iras loin et ce dans tout ce que tu entreprenant, et je serais toujours derrière toi pour te le rappeler ! ♥︎

    Aimé par 1 personne

  6. Asphodèle

    La récolteuse de mot

    La lueur rouge du crépuscule peignait de ses contours une veille bicoque d’une clairière longtemps délaissée par les amants, préférant à la douce lumière sylvestre la chaleur des bars et la fraîcheur nocturne de la ville. Une main au métal rugueux et aux rouages fatigués parcourait les veines du bois avide du moindre souvenir qui pourrait encore y couler, lentement elle finit par se poser sur une simple poignée de fer accroché sur la porte de l’édifice. Comme pour la première fois la lumière s’engouffra dans le sombre amalgame de poussière et de terre s’envolant au souffle de l’air, ainsi autant de papillons aux couleurs ternis scintillent étrangement de revoir un ami perdu. Une légère toux retentis, douloureuse au contact d’une épaisse minerve emprisonnant le coup de la figure grise. D’un pas mal assuré elle s’introduit prudemment dans la cabane, lui offrant le respect que l’on doit aux sanctuaires. Accolé au mur un simple bureau adorné d’un encrier à la plume figé comme dans la pierre et des pétales d’un lys longtemps desséché dessinent leurs contours déflorant accidentellement une page jaunie par le temps.

    Au fil des rayons se dévoilent des mots dessinant phrases et vers, aubes et crépuscules, constellant le morne plafond de milliers d’étincelles rouge, jaunes, blanches voir bleues semblant figé dans le temps sur une grande toile d’ombre. Bien que leur placement pût paraitre erratique aux premiers abords laissant place à la rêverie et aux vagabondages, ils dessinaient dans un ordre secret une histoire aussi exceptionnelle qu’ordinaire, aussi légère de ton que lourde de sens. Au fil de ce conte deux ombres, deux oubliés prenait peu à peu formes, d’abord flou n’étant qu’une fonction, qu’une simple action perdue dans le temps puis de plus en plus clair se développant au travers de ses simples gestes qui leur donné leurs caractères, leurs forces et leurs déboires. Le dessin d’un automate brisé comme un soldat de plomb, défectueux, rongé par la peur comme par la rouille s’accrochant comme il peut au fil de la vie comme un pantin sans mains pour le guider et celui d’une fille perdue entre ses rêves, perdue entre les mondes avançant sans cesses de peur de retomber et ne regardant en arrière que pour y voir ses douleurs comme autant de raison de ne jamais se retourner. L’un fixe, éternelle observateur, l’autre en mouvement perpétuelle, recherchant sa place. L’un tisser des morceaux de mots sans réelle valeurs, les partageant à qui voudrait bien les lires, l’autre les ramasser en passant, comme autant de compagnons de voyages. Ainsi ces deux entités se rencontrèrent au fil d’un mot perdu, à la croisée d’une phrase oubliée.

    De là est né un éclat, une lueur rare que seul observe les esprits distraits qui s’autorise à regarder le ciel. L’intangible fût animé et l’inarrêtable fût ralentie, lors d’un instant éternelle les contraires ne furent plus qu’un et les ombres créèrent de la lumière. (Soudainement, l’écriture changeât, plus lourde et moins ronde comme si les lettres furent gravées dans le papier). Ce phénomène parût aussi beau qu’il était éphémère. Bientôt les choses redevenaient normales, la fille reprit son chemin sans jamais se retourner et l’automate retomba dans une torpeur qu’on lui connût depuis lors. Seulement les apparences peuvent être trompeuses et les éclats d’hier résonnent mystérieusement encore aujourd’hui. Bien que le même regard perdu se peignait sur le visage de l’homme d’étain l’éclat en fût différent comme celui d’un lion qui aurait perdu tout courage ou d’un épouvantail hébété. Il continué cependant d’observer les éclats à travers le ciel, car chaque étoile avait ses histoires de nouveau figé dans cette clairière maintenant couverte par la nuit.

    La cabane est vide à nouveau, la porte brisée. Dans la clairière brille seulement quelques éclats de métallique parmi les herbes. Le ciel est en paix, aucun nuage ne peut cacher le rayonnement des étoiles. Pas un bruit. Dans un coin de l’éther une comète brille continuant sa course vers l’infinie, récoltant des rêves.

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Excuse-moi pour le temps que j’ai mis avant de te répondre, et surtout ma réponse qui me semble superficielle et bien maigre…
      Merci beaucoup pour ton partage, ça me fait très plaisir que tu ais pris le temps d’écrire ta Récolteuse de mots, ça me fait tout drôle, et ça me touche beaucoup. Encore merci, ça a été un plaisir à lire !

      J'aime

  7. oursebibliophile

    Magnifique. Je n’ai jamais lu un bilan aussi intéressant, bien écrit et touchant. Quant à ton texte… wah… il est superbe. Il donne l’ambiance qui règne sur ton blog : une plume incroyable, des articles profonds et intelligent, beaucoup de sensibilité et autant de douceur.
    C’est drôle, j’ai l’impression que ton blog est là depuis beaucoup plus longtemps…
    Alors, merci pour toutes ses chroniques et tous ces rendez-vous, merci pour tous les livres que tu m’as donné envie de lire (dois-je vraiment te remercier pour cet indécent étirement de ma PAL ?) et joyeux blog’anniversaire ! ♥

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Excuse-moi pour le temps que j’ai mis avant de te répondre !
      Même si le blog’anniversaire est un peu passé maintenant haha, je te remercie énormément, ton commentaire me touche beaucoup ! Je ne sais même pas quoi te dire d’autre, ça me fait tout drôle, j’en ai envie de pleuré tellement ton commentaire est plein de bienveillance, j’ai l’impression de ne pas mériter tout ce que tu me dis-là, c’est tellement adorable… Un merci immense, et un tout petit pardon d’agrandir ta PAL haha, vraiment, merci de partager cette aventure. ♥︎

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s