« Je voyage seule. »

Je vous propose de partir pour la Norvège avec un thriller ( ou policier, j’ai du mal avec les genres, vous le savez ) de Samuel Bjørk. Si vous avez des enfants de 6 ans, prêts à rentrer au CP, faites bien attention, ce livre saurait vous faire douter tant il est bien ficelé.



Seule, pour son dernier voyage… C’est ce qu’indique la pochette autour du cou de la fillette, assassinée et accrochée à un arbre avec une corde à sauter. Un crime odieux qui laisse toute la Norvège sous le choc et décide le commissaire Holger Munch à rappeler son ancienne collègue, Mia Kruger. Car il le sait : si une personne peut l’aider à résoudre cette enquête, c’est bien elle. Ce qu’il ne sait pas en revanche, c’est que, sur l’île d’Hitra où elle s’est recluse, la jeune femme compte les jours avant son suicide. Mais il est des crimes qui ne laissent pas indifférent. Et il suffira à Mia d’observer les photos de la fillette pour comprendre ce qui avait échappé à tous : il y aura d’autres victimes, beaucoup d’autres… 

 


Cet article s’ouvre sur une grosse pensée à Plouf, qui a une édition très moche de ce roman, alors que personnellement j’ai cette magnifique couverture dont je suis amoureuse, et je sais que ça la fait rager. :))) Non, plus sérieusement, parce qu’elle a lu ce livre et qu’elle aussi, l’a beaucoup aimé ! Et oui les loulous, vous avez bien lu, ce roman était un plaisir à lire, c’était de la bombe, ouiouioui. (<- signe de mon grand enthousiasme)

Bien que le début soit un chouille longuet avant d’entrer dans le vif du sujet, ou plutôt : répétitif dans le nombre de cachets/bouteilles/heures de sommeil liquidés par Mia, ce livre capte l’attention de son lecteur très rapidement pour ne la lâcher qu’à la dernière page. C’est bien le qualificatif qui s’impose de lui-même pour cet ouvrage : un page-turner très addictif. Certes écrit gros, ça reste une belle bête de 592 pages, mais on ne les voit absolument pas défiler. J’ai maudis les cours pour m’avoir empêché de le lire plus vite, et je bénissais le week-end où je me suis mangée 300 pages à la suite, totalement ravie et impuissante pour le reposer. Et un livre menant aussi bien le suspense, c’est bien qu’il répond aux conditions pour être un bon thriller/policier.

Les mots semblaient soudain si importants quand on n’avait pas le droit de les prononcer à voix haute.

Le duo central du livre, alias Mia Kruger et Holger Munch est très agréable pour mener l’aventure. Un duo atypique, qui semble ne pas aller ensemble mais qui se complète très bien, leurs personnalités sont touchantes et leur amitié très belle. Mais c’est vrai qu’Holger est un peu relégué dans le fond malgré son importance de chef d’équipe pour placer Mia sur le devant de la scène, parce qu’elle est badass, et surtout parce que c’est vrai qu’elle a une capacité de réflexion assez géniale. Une Sherlock au féminin, si vous voyez ce que je veux dire. Elle observe tous les détails et arrive à établir les liens logiques. Pour ça, elle envoie du pâté.
Le reste de l’équipe de police, même si discret et assez peu développé reste franchement sympa. C’est une bonne team, une peu trop belle pour être vraie. (mais on chipote pas trop on est dans un bon livre donc dans le milieu de la police, à part les grands en haut de l’échelle qui sont des crevards insensibles, les autres sont bisounoursesques. On est bien dans le registre romanesque quoi. ) J’ai énormément aimé le hacker, Gabriel, assez incongru de se retrouver embauché chez son pire ennemi mais ce paradoxe est très drôle et permet à ce personnage de s’affirmer. Dommage qu’il n’ait pas eu un plus ample développement ainsi qu’une importance plus marquée, parce qu’il aurait été encore plus génial à découvrir.

— […] Nous vivons dans un monde sans pitié, c’est tout ce que je peux te dire. Déjà que ce n’est pas évident d’être normal. Alors tu n’as aucune peine à t’imaginer combien c’est hard quand la société exige de toi d’être une seule personne alors que ton corps te dit le contraire.

Je ne sais pas trop comment vous parler du fil conducteur, l’enquête, sans être trop succincte ou à l’inverse, sans spoiler. C’est tout simplement une affaire menée avec brio, où digne d’un Conan Doyle ( et sans doute d’un Christie, même si je n’ai jamais lu la dame ), tous les indices sont entre nos mains mais on se fait quand même berner, et magistralement. Possible de se rendre compte du cheminement bien réalisé de ce livre tout simplement avec ça : on se met à suspecter tout le monde, ce qui devient malsain et en même temps incroyable. On est tellement perdu et pris dans cette frénésie d’une affaire qui touche toute la Norvège que bam, le moindre suspect nous semble être le criminel. Mais bien sûr ! Sa grand-mère était dans l’auspice ! Mais bien sûr, c’est un curé ! (oui, les curés sont TOUJOURS LOUCHES quand ça concerne des gosses de 6 ans. #cliché #maistoutdemêmetropvrai)
Parlant curé, petite aparté avant de revenir sur le brio du thriller.  (ouilàjevousspoileunpeuvoilàdésolée DONC SI VOUS NE VOULEZ PAS, SAUTEZ LE PARAGRAPHE. ) Le thème de la religion est inséré et a un certain rôle dans l’histoire, mais… Non pas que ce soit par facilité, c’était assez intéressant et judicieux d’insérer une secte, mais je n’ai pas non plus trop saisi l’intérêt. C’est pour sûr les chapitres qui m’ont le plus lassés que je voulais juste passer, mais surtout parce que je ne voyais pas tellement ce qu’ils apportaient avant de comprendre à la fin en quoi ils étaient liés à tout ça. Mais oui, j’étais un peu déçue de l’implication qu’a ce thème dans ce roman, peut-être un peu superflu, une branche pas assez explorée.
Retour à l’enquête, même si je n’ai pas tellement de choses à rajouter dessus, mais je reste impressionnée de la manière dont l’auteur relis tous les détails ensemble pour nous faire atteindre un climax intense, et bam, nous dévoiler le ou la responsable de tous ces meurtres. C’est sans doute une des personnes que l’on suspectait le moins, en tout cas je ne voulais pas trop y croire, et puis, vérité faite et on en prend plein la trogne ! Vous savez ce moment où on nie la vérité parce que « c’est pas possible non bordel non mais non » ? Voilà, c’est tout à fait ça. Ca devient vicieux, malsain, on rentre dans une mentalité dérangeante, on voit ce à quoi la rancœur peut conduire, à quel point être détruit peut nous amener à des actes répréhensibles. Les dernières branches de l’affaire se révèlent, et celles-ci, que l’on penserait comme petits éléments qui viendraient finir d’éclaircir toutes les pages précédentes, ont au contraire une importance surprenante, on voit à quel point on a pu être manipulé.e.s parce que tout prend à nouveau un sens différent.
C’est assez inquiétant, ce genre de romans si bien construits, parce qu’on réalise aussi à quel point on pourrait faire une victime idéale tellement on ne pige rien… L’auteur, comme le/la criminel(le), nous entourloupe à merveille, mais c’est pour être séduit par un roman inquiétant sur la manipulation dont certains sont aptes. C’est vraiment un coup à douter de tout nos rapports avec autrui.

Ca se passait comme dans Sa Majesté des mouches : pour peu qu’on fasse preuve d’un peu de faiblesse, on devenait aussitôt une victime.

Même si d’après Plouf, le Hibou du même auteur qui reprend le duo Mia/Holger avec une toute nouvelle affaire est moins bien, j’admets avoir adoré m’être faite avoir par Samuel Bjørk et réitérer l’expérience à l’occasion.

Avez-vous lu Je voyage seule ? Vous fait-il envie ? 
Et avez-vous des recommandations pour ce qui est des livres qui nous embobinent avec brio, et qui prennent un tout autre sens dans les dernières pages ? 

 

Publicités

10 réponses sur « « Je voyage seule. » »

  1. Plouf

    Ouiiii ♥♥
    Et je boude même pas pour la couverture (bon ok un tout petit peu xD)
    Je suis ravie vraiment que tu aies aimé cette histoire ! D’ailleurs tu me fais me demander s’il n’y aurait pas un nouveau ‘tome’ de sorti dernièrement, je suis en manque =D
    Et j’ai aussi beaucoup aimé Gabriel, qui est tout choupinou ! =)
    Des bisooous ! ♥

    Aimé par 1 personne

  2. ThinkLovelyThoughts

    Ahhhhh merci pour ton article, tu m’as peut être fait découvrir un policier qui va me titiller ! 😀 En tout cas, de ce que tu en dis j’ai bien l’impression qu’il pourrait fonctionner pour moi, j’ai même très envie de le lire (en plus ça se passe en Norvège donc ♥︎)
    C’est toujours agréable de lire tes chroniques tant c’est fluide et ça coule tout seul !

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Oh mais j’espère qu’il ne va pas te décevoir ! On sent plutôt bien l’ambiance norvégienne en plus je trouve donc ça devrait bien te botter sur ce plan là. c: Après pour les policiers ça dépend toujours de la déduction des gens, parfois je me complique trop la tâche et je ne vois pas les trucs sous mon nez donc je suis pas mal crédule pour que ça me tienne alerte haha.
      Oh mais merci beaucoup, c’est trop gentil ! Je suis ravie qu’elles te plaisent. ♥

      Aimé par 1 personne

  3. beetlethereader

    Oh il me donne envie !! Hop dans la wish-list, je vais voir s’il est pas à la biblio :).
    Sinon pour répondre à ta question, en thriller, je recommande vivement Le chuchoteur de Donato Carrissi (ou Carissi je ne sais plus comment on écrit), une bombe ce thriller !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s