A part thé #3 : 2019 à 2020, une nouvelle manière de lire.

untitled28629
Federico Infante, The Compass. 

Bonjour, toi qui passe par là. Je te souhaite une très belle année, plus apaisée et stable, je l’espère, que la précédente !

Cela fait un moment que je voulais écrire un nouvel A part thé, qui revient un peu sur le tout premier publié en 2018. Déjà, oui. Ces petits articles discussions / réflexions n’ont pas été énormément alimentés, mais je me suis dis que pour le premier jour de 2020, ça pourrait être sympa de juste parler librement. Dans le première article de cette série, je te parlais plutôt d’un rapport assez anxiogène pour une pratique qui pourtant était essentielle à mon bien vivre, finalement très propre à la société telle qu’elle est : devoir consommer, le plus possible, mais ne pas pouvoir le faire.
Pour 2020, je reviens avec quelque chose de plus apaisé. Un rapport revu à la baisse.
Pourtant, c’est assez ironique : la plupart des blogueuses et blogueurs littéraires semblent, à mesure des années, lire de plus en plus. Chose que je comprends aisément : l’influence de la blogosphère est réelle, ça nourrit quelque chose de profond qui provoque une certaine boulimie littéraire, terme qui explose souvent quand on tient un blog dans ce domaine. Il suffit de voir combien les PAL explose, combien chaque année, le bilan des livres lus augmentent. C’est d’ailleurs ça, qui m’a poussée à enfin rédiger cet article. J’ai récemment vu un article d’une personne qui m’a fascinée en disant qu’elle atteindrait très probablement les 350 livres lus à la fin de l’année.

Je vous ai déjà dit que je fonctionnais involontairement à contre courant ?

Parce que 2019, ça a été tout l’inverse pour moi. Il y a toujours la question des contextes, je n’ai pas eu l’année idéale pour lire, c’est certain. Mais je pense tout de même que derrière, c’est un changement sur le long terme qui s’est effectué. En tout cas, même si je continue d’être dans la catégorie des « grand.e.s lecteur.ice.s » avec plus de 20 livres lus dans l’année, je suis largement en deçà, mais je ne saurais dire de combien, de ce que j’ai pu lire courant 2017 ou 2018. Alors qu’avant, j’étais en prépa. Drôle, non ?

untitled28229
Federico Infante, The Trapeze girl. 

Des objectifs et intentions redirigés.


Comme je te l’ai laissé entendre diverses fois, 2019 n’a pas toujours été très douce pour moi, et s’il y a bien une chose que j’ai perdu, c’était la concentration. Alors dans le cas de la lecture, c’est très complexe. Je ne vais pas revenir dessus, mais voilà : la tournure de mon quotidien et la santé qui s’est imposée ont fait que j’ai délaissé les livres, non par volonté parce que durant la première moitié de l’année ça a été très douloureux pour moi, mais par contrainte, et j’ai dû utiliser d’autres moyens, d’autres outils de plaisir, d’occupation et de fuite.
Ces désagréments là, étonnamment, m’ont toujours apporté des choses essentielles dans ma vie. Au départ pour fuir le négatif, mais ensuite parce que ça s’est transformé par seulement en moyen de « survie » mais juste comme compagnon de route cher à mes yeux. Il y a de ça plusieurs années, c’était la lecture, maintenant, le dessin. Le premier, hobby premier. Le deuxième, un travail. Les deux qui se combineront pour sûr.
Il est vrai qu’en tout cas, j’avais davantage en tête l’intention de me lancer à corps perdu dans les illustrations, exutoire retrouvé. Cela correspond juste à des chemins de vie, de la même sorte que l’évolution de nos goûts littéraires. Il y a des passages où on lit plutôt un genre et sans trop savoir pourquoi, on le délaisse à la recherche d’un nouveau, qui colle à qui on est devenu.e sans s’en rendre compte, mouvement infime de l’être qui évolue.
C’est réaliser cela qui m’a fait déculpabiliser, pour la plus grosse partie. Pourtant pas toujours aisé, surtout quand on essaie de parler de ses lectures. Comment faire, quand il y a des mois où on a quasi rien ? Qu’en plus, on ne trouve pas les mots pour parler de telle histoire ? Lire m’est toujours essentiel, mais à l’heure actuelle, peut-être seulement pour la temporalité d’un an, j’ai placé mon énergie ailleurs. J’ai pris un peu de distance, comme ça arrive à tout le monde. Il faut juste laisser le temps au temps, comme une amie m’a dit un jour. Être patient.e avec nous-mêmes.

untitled28329
Federico Infante, The golden pages. 

Lire moins, et moins vite, une preuve de désamour ?

C’est peut-être une question étrange, peut-être même stupide, qui peut vous surprendre. Pourtant, elle a beaucoup hanté mes pensées. Je pense pouvoir dire qu’après l’avoir fait tourner maintes fois dans ma tête, j’y ai apporté une réponse sereine qui coïncide avec ce que j’ai écris déjà plus haut.
Il est vrai, cependant, que quand on avait l’habitude d’avoir un rythme assez soutenu, qu’on voyait une courbe croissante dans notre rapport à la lecture, d’un coup, se heurter à une décroissance assez fulgurante  questionne et fait presque peur. « Qu’est-ce qui coince ? Qu’est-ce qui ne va plus ? Est-ce que j’ai perdu l’amour des livres ? Est-ce que je vais pouvoir le retrouver si c’est bien le cas ? » Voyez la boucle de ruminations qui peut découler d’une situation semblable. Mais à chaque fois, c’est le même soucis qui revient et qui prend possession de pareilles pensées : tout ce qui nous environne, être quotidiennement poussé.e.s à faire mieux, plus.
Pourquoi lire plus lentement et de manière plus réduite serait signe qu’on perd forcément goût, juste parce qu’on voit « une perte » comparé à avant ? En quoi cela est forcément négatif ? Les idées de « quand on veut on peut » et « quand on aime on trouve forcément le temps pour faire X chose » doivent sommeiller au fond de mon esprit. Mais à force, je crois leur avoir tirer la langue, leur avoir fait un joli bras. J’ai vu tout un tas de bonnes choses face à cette diminution de ma consommation.
Lire moins, en quantité comme en temps, est tout autant une preuve d’amour que lire vite parce qu’on adore ça et qu’on dévore. C’est prendre le temps. Peut-être bateau, mais ça rassure. C’est agaçant dans la mesure où on compare à avant. et qu’on voudrait retrouver ce plaisir d’antan. Mais ça force à prendre le temps. D’installer un vrai moment lecture, ce qui peut réjouir à cette petite programmation où on se coupe du reste juste pour ça.
Je retrouve la véritable « envie » de lire. Disons qu’avant, ce n’était pas que je n’en avais pas envie, mais d’une certaine manière, c’était devenu un automatisme. Une habitude, assurément. Mais là, comme j’ai passé pas mal de temps loin des bouquins comme loin des désirs, retrouver cette petite étincelle qui surgit d’un coup et réchauffe l’âme à l’idée que j’ai envie de me perdre dans une histoire est vraiment satisfaisante. Finalement, je redécouvre le rapport à ce domaine, comme ce n’était plus une évidence.
Je suis aussi plus attentive à mes besoins et à ce qui me convient. Je cible peut-être plus facilement ce que j’ai envie de lire selon les genres. Je vois saisis mieux les lieux et les moments clés de la journée qui me donnent envie de lire, même si je reste apte à lire à n’importe quel moment en soit. Je n’ai pas d’heures décisives où seulement là je peux lire, mais c’est plus de l’ordre de : à quel moment ça m’a été le plus agréable.

untitled28929.jpg
Federico Infante, Surrender.

Nouveau point de vue : abandon et blogosphère.

En plus d’être devenue essentielle, et en fait, ne pouvant tout simplement pas faire autrement, la slow-life a vraiment aidé ce rapport chamboulé à la lecture. Peut-être que tu te demande comment, outre sur le fait de lire moins vite. Mais tout d’abord, c’est par rapport aux abandons.
C’est quelque chose face à quoi j’ai toujours beaucoup de mal, on ne va pas se mentir. J’ai un mal énorme, quasi maladif, de me détacher des choses. Abandonner un livre était presque un calvaire, donc inconcevable pour moi : j’ai toujours la peur, non, la terreur de passer à côté de quelque chose. Que ça se jouait peut-être à quelques pages pour que l’action s’enclenche, que le mécanisme se mette en route. Mais voyez : quelques pages de plus et par naïveté, on retente pour quelques pages supplémentaires, jusqu’à arriver au bout de l’ouvrage… C’est un peu ce que ça m’a fait avec La Nuit du Jabberwock. Là, c’était un peu différent, il y avait en plus un sujet que j’idolâtre, Alice. Mais j’arrive majoritairement à me dire que oui peut-être je passe à côté d’un bouquin, mais qu’en attendant, il avait qu’à montrer ses promesses un peu plus tôt. Puis à côté de ça, moi, je passe à côté de mon temps, qui est tout de même plus essentiel qu’un livre que je n’apprécie pas. En général, je laisse 100-150 pages de doutes à l’histoire. Dernièrement, ça a été avec Fleur de tonnerre de Jean Teulé. Pour le coup, je lui ai même laissé un peu moins de chance car pendant 70 pages, c’était juste du listing superficiel.
De même : dans ma PAL siègent des livres qui m’attendant depuis des années. J’en pense à un, en particulier, mais en même temps à l’époque j’avais dis à ma soeur que oui oui, je le lirais. Mais finalement, non. Je l’ai gardé tout ce temps en me disant qu’un jour, je me (re)plongerai dedans, mais le fait est que je n’en ai aucune envie. Pareille de Gargantua et de Pentagruel, en plus, en vieux français sans version moderne à côté. En plus de ce que j’évoquerai dans la dernière partie, 2020 aura gagné cela en plus : un dépoussiérage de mes livres à lire, plus de scrupules à garder pour « lire obligatoirement », je prends enfin en compte que non je n’ai pas dépensé inutilement de l’argent dans des bouquins pour les retirer sans les lire ou je ne sais quoi, juste que je ne l’ai pas lu à temps, qu’il ne me convient plus actuellement. Cela dit, je ne le ferai que pour les livres face auxquels je suis sûre que je n’ai plus désir à les lire. Je coupe l’attache matérielle, finalement.
Pour ce qui est de la blogosphère, là aussi, le rapport a été contraint. Déjà, je passe beaucoup moins, voire presque plus de temps à vous lire. J’en avais déjà parlé, il y a assez longtemps. Autant par manque de temps que pour esquiver les tentations alors que j’ai déjà trop de livres. Mais en 2020, ça devrait changer un peu, mais pour éviter les doublons ce sera vu juste plus bas. Après, ça a été par rapport à mes propres chroniques. J’essaie d’être un peu moins exigeante, surtout sur la quantité. Au départ je m’en voulais un peu quand je n’arrivais pas à lire des masses durant un mois, et que le choix de chroniques à faire était très limité. Quand, en plus, je ne savais pas quoi dire de ce livre, mais quelle culpabilité venait naître en moi.. Mais là, je l’ai laissée tomber : je parle des livres dont j’ai envie. Certains, rien qu’à y penser, me font apparaître une petite moue, voyez la saveur qu’ils m’ont laissé. Alors en toucher deux mots ici, non, pas vraiment. Pourtant, j’ai toujours désir à parler de romans que je n’ai pas aimé non plus, que j’ai trouvé vide, .. Et même quand il ne sont pas connus, alors qu’il serait beaucoup plus tentant de ne pas en toucher deux mots, sachant qu’ils sont déjà oubliés, qu’est-ce que ça apporterait on peut se dire. Même si je suis toujours un peu déçue de ne pas pouvoir faire découvrir tous les livres, et que finalement ça reste assez aléatoire de savoir quel titre je vais présenter, j’essaie vraiment d’écouter l’inspiration que j’ai pour en parler afin de pouvoir animer ce blog, et non le remplir d’articles vides, sans contenance, sans être réellement animés. De ce fait, j’accepte davantage de délaisser le blog, de ne pas l’alimenter jusqu’à publier des chroniques construites.
J’ai aussi délaissé beaucoup de catégories du blog. De nombreux types d’articles se sont amoindris, parfois jusqu’à disparaître. Fut un temps, j’ai voulu maintenir cet espace mais presque jusqu’à le surcharger d’articles annexes. Finalement, je n’en garde plus que trois : les « A part thé » ponctuels, les « Bulles » qui n’ont pas vu de mise à jour depuis un petit temps, et enfin « Mon rapport à » qui reste également rare, mais que j’aime beaucoup faire parce que ce sont des articles d’un autre niveau d’intimité.
2019 donc a été un moment pour réfléchir à tout ça, et chercher une manière plus épurée, moins prise de tête, quitte à être tout soit un peu plus rare, mais simplement plus authentique.

untitled281229.jpg
Federico Infante, Victoria.

2020 : se ressourcer, se retrouver.

Pour revenir sur un bout de ce que je disais, j’évoquais le fait de ne pas lire « à temps » : suite à cela, dans le moins de culpabilité possible, je vais faire un premier tri. ( ndlr : en fait, tri déjà opéré, bon sang j’ai dû retirer bien 10 livres dont certains qui avaient un marque-page depuis plus d’un an… c’était assez révélateur pour moi. ) Que ce soit dans ma PAL ou dans ma biblio. Bien que voir cette dernière « vide », ou en tout cas, avec moins de livres qu’avant a un côté un peu stressant pour moi ( sans doute cette idée que la lectrice que je suis se prouve par le nombre d’ouvrages lus et emmagasinés ? Hyper discriminatoire pour celleux dans une démarche minimaliste que j’aimerais davantage gagner d’ailleurs, et pour les personnes qui empruntent majoritairement. Surtout qu’en plus, cette idée est d’autant plus bête que quasiment personne ne voit ma bibliothèque.)
Mais l’année qui prend place, j’ai vraiment décidé de me focaliser principalement sur ma PAL pour la diminuer. Un moment assez lointain, je t’avais parlé de ma préférence pour le terme tsundoku qui évoque justement ces livres qu’on peut lire, alors que PAL invoque l’obligation, et c’est vraiment ce que je ressens face à elle. Alors après avoir épuré ce qui ne vibre plus avec qui je suis, je vais tout faire pour me retrouver dans les ouvrages que j’ai gardé, prendre le temps auprès d’eux, avec eux. Le but de cela est de pouvoir retrouver le réel plaisir d’acheter ou d’emprunter et surtout, sur des coups de tête. Ca fait vraiment une paye que je ne me suis pas achetée un livre, et mes flâneries en librairie ont cette année compté sur les doigts des deux mains au maximum, pour vous dire. 12 mois, 365 jours, même pas mis les pieds 10 fois dans une boutique dédiée aux livres. J’ai un peu plus emprunté mais parfois avec culpabilité, repoussant la lecture des livres que j’avais déjà… Alors je continuerai d’emprunter, notamment pour les titres graphiques et probablement quelques bouquins, quand même, pour me sortir de mes vieux livres. A la fin de tout ça, je ne vise pas de lire toute ma PAL dans l’année mais de la grignoter le plus possible, j’aimerais juste avoir un petite tsundoku, de 15 livres max à chaque fois pour renouveler mon stock, et puis bam, au détour d’une promenade, flâner et repartir avec de nouvelles histoires.
Même s’il est probable que je continue de moins lire comme je devrais être assez occupée notamment, j’aimerais m’organiser de vrais temps de lecture. Un peu à la manière des challenges « X à lire » où on les marque sur notre agenda, on se voit déjà la tasse de thé à portée de main, le plaid sur les jambes, la bougie dans un coin. Bref, un truc qui a vraiment l’ambiance cocooning lecture, où c’est vraiment un temps et un espace de ressource ce que n’offre pas toujours une envolée sur le canapé pour lire 20 pages comme un voleur et vaquer à nouveau à ses occupations. Dire que j’aimerais lire chaque soir, juste avant de dormir serait trop beau, sachant que je veille souvent tard parce que je ne parviens pas à me mettre de limites, donc caser un temps lecture, oupsi. Mais au moins me faire une vraie soirée lecture une fois par semaine, sans le moindre objet connecté à l’horizon. Et peut-être une journée lecture par mois, peut-être où je me ferais des petits challenges perso du type « lis autant que tu veux / peux jusqu’à couper ta soif. » Je ne sais pas encore bien à quoi va ressembler 2020, forcément, mais je vais tout faire pour m’imposer ces jours et m’extraire du monde, et si on me propose quoi que ce soit, ne pas hésiter à lâcher un « non, je ne peux pas, ce jour là, je lis. »


Cet A part thé bilan 2019, « maigres objectifs » 2020 touche enfin à sa fin justement ! J’espère que ça t’aura plu, et que toi aussi, tu as vu une évolution de ta manière de lire, et qu’elle te convient amplement, que ce soit beaucoup ou peu. Je te souhaite de très très belles lectures pour cette nouvelle année, et surtout, tout ce qui est possible de positif. N’oublie pas : prends soin de toi.

19 réponses sur « A part thé #3 : 2019 à 2020, une nouvelle manière de lire. »

  1. Maned Wolf

    Belle introspection, qui fait plaisir à voir puisque tu renoues avec ta passion en te débarrassant des scrupules inutiles 🙂 Je suis un peu dans les mêmes démarches finalement : lire moins pour lire mieux, et réduire ma pile à lire à une taille moins intimidante, qui ne me donne pas l’impression que je dois lire 3 bouquins par semaine pour m’en sortir !
    Toute belle année 2020 à toi, je t’embrasse 🙂

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Merci beaucoup pour ton retour ! Déjà, je te souhaite une très belle année à toi aussi !
      Haha c’est la même impression écrasante que j’ai avec ma PAL ! je pense en refaire un article d’ailleurs, la démarche plus « minimaliste » a l’air d’intéresser pas mal de monde. J’espère que tu réussiras le défi de pénétrer cette tour. 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Romanesquement Vôtre

    Je te comprends beaucoup quand tu parles de cette « envie » de lire. Il m’est moi aussi arrivé de la perdre, de penser l’avoir (alors qu’il s’agissait d’un automatisme comme tu le dis), de la retrouver vraiment. C’est fou les scrupules que nous pouvons développer entant que lecteurs et lectrices… C’est dur de s’en débarrasser mais une fois que c’est fait on retrouve un vrai plaisir à lire… et à ne pas lire ^^ Le tout c’est de s’écouter ! En tout cas c’est un article très intéressant dans lequel je me suis plutôt bien retrouvée. Je te souhaite une bonne année 2020 🙂

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Je pense qu’une part de ces scrupules a été involontairement nourris par le fait de tenir un blog, parce que sans lire, on a rien à proposer, et c’est un cercle vicieux…
      C’est tout à fait ça oui, s’écouter et qu’importe qu’on lise ou non tant que ça nous convient !
      Merci à toi, je te souhaite également une très belle année . c:

      J'aime

  3. Océane Mahé

    Je comprends tout à fait ce que tu ressens car tu connais ma situation actuelle et loin des livres par obligation (santé) m’a permis de redonner un deuxième coup de foudre pour la lecture, vouloir aller vite mieux pour lire avec ses propres yeux et non en audio. L’essentiel qu’on lise beaucoup ou peu, c’est de prendre du plaisir à lire et ne pas se sentir obligée.
    Après, j’avoue que j’ai toujours les scrupules d’abandonner une lecture en me disant que j’ai raté un truc donc je finis un livre (il n’y en a que 3-4 dans ma vie que j’ai abandonné car ce n’était vraiment pas possible).
    Sinon, je te souhaite une bonne recherche de toi même et une bonne année 😉

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Je comprends clairement le scrupule vis à vis de l’abandon, j’ai le même soucis mais je me dis que ça avait qu’à être placé un peu plus tôt pour garder mon attention et tant pis. ^^’
      Merci pour ton retour, je te souhaite également une très belle année et une bonne poursuite de tout ce que tu as entrepris !

      J'aime

  4. Plouf

    Ma première année sur la blogo j’ai jamais autant lu de ma vie, et c’est aussi l’année où j’ai chroniqué le plus de livre. Il fallait que je lise tout et que j’en parle à chaque fois.
    Puis déménagement, ressourçage, remise en question. Depuis je lis moins, à mon rythme, je m’autorise des relectures, des mois à zéros livres lus, des mois à un seul article publié. Et je le vis bien. Si j’ai pas envie, je lis pas. Demain, après demain, quand l’envie viendra, je prendrais mon bouquin. Peut être que je lirais beaucoup ce mois, peut être que je ne lirais rien ! Et c’est aussi cette inconnue là que je trouve très chouette, la surprise, se laisser un peu surprendre par soi même. Ah tiens, j’ai envie de lire ce roman aujourd’hui. Allez hop !
    Merci pour ton article, c’est chouette de voir comment tout le monde évolue, et transforme sa vision des choses (notamment de celles qui nous tiennent fort à coeur) à la recherche d’une relation bienveillante et douce ♥

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Je pense qu’aussi il y avait ce côté « nouveauté de la blogo » qui t’as redonné du poil de la ête pour lire encore plus, en parler encore plus, etc.
      J’aime beaucoup ton rapport, malheureusement comme je suis moins présente j’ai trop de mal à rattraper les articles que j’ai pas lu (désoooo ton humour me manque en plus ainsi que tes parenthèèèèèses). J’aime vraiment ce côté pas de prise de tête ou du moins le moins possible.
      En plus, les moments de non lecture sont aussi chouettes que ceux qu’on passe à lire. C’est signe de retrouvailles après et c’est vraiment trop, trop cool ça !
      Merci à toi de l’avoir lu. ♥ Je risque de faire un autre article dans cette continuité « relation bienveillante » héhé !

      Aimé par 1 personne

  5. Ada

    Je trouve que tu as grave progressé depuis le début de l’année ! Ton article introspectif est vraiment positif, il faut avoir du courage de se détacher de ce genre de valeurs sociales (je parle de « lire obligatoirement »). En plus, t’as réussi à faire du ménage dans ta PAL, chapeau ! Ca te permet d’être plus apaisée en phase avec toi-même. Certains te diront qu’ils arrivent à être boulimique au niveau de leurs goûts et ils te jugent justement par rapport à ça, comme quoi tu n’es pas une vraie passionnée, blablabla, j’attends le jour où certains vont exploser intérieurement et leurs super contacts les laisser tomber – comment ça, je suis rancunière ?

    J’ai aussi le même cheminement (sauf sur la PAL, aha), j’espère arriver à un certain niveau de sérénité qui n’est pas toujours facile à atteindre, surtout avec la blogosphère comme tu dis. Mais comme pas mal de mes dernières déceptions viennent de là, c’est moins dur de s’en détacher…

    Bref, tu es sur la bonne voie du maître zen 😉

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Désolée de te répondre seulement, et merci beaucouuuup !
      Je pense qu’en même temps, ma situation a fait que tout ce qui était valeurs sociales n’étaient plus (encore moins qu’avant, était-ce possible ? haha) possible pour moi. J’ai beau avoir une certaine boulimie dans mes goûts et essayer de toucher à tout, des fois, ça te convient plus et c’est tout faut pas chercher plus loin, je vois pas en quoi ça retire de la passion, les gens vont chercher la petite bête sérieux.
      Pour ce qui est PAL, je pense en refaire un article à part, j’ai l’impression que ce rapport intéresse pas mal de gens. Ouchou, dur pour les dernières déceptions tout droit sorties de la blogo.. C’était quoi ?

      Haha, merci bien Bouddha ! 😉

      Aimé par 1 personne

  6. Magali

    Merci pour ce partage!
    Je me retrouve assez bien dans tes réflexions. Cette année, j’ai aussi nettement moins lu parce que j’ai d’autres intérêts qui ont fait surface. En plus, j’ai eu pas mal de lectures bof, et l’un dans l’autre je me suis retrouvée avec beaucoup moins de chroniques que d’habitude (déjà que je publiais rarement à l’échelle de ce qui se fait en général sur les blogs…). Je me suis un peu culpabilisée concernant le blog, mais finalement… je ne voyais pas l’intérêt d’écrire des chroniques minimalistes sur des livres dont je n’avais pas grand-chose à dire, ni pour les lecteurs ni pour moi. Pour couper la poire en deux j’ai essayé de faire des articles regroupant plusieurs livres avec moins de détails, et ma foi, j’espère que ça ira mieux cette année. Mais je refuse de me laisser imposer un sentiment d’obligation, que ce soit de lire ou de chroniquer.
    Et pour la PAL… je crois que je vais prendre exemple sur toi! La mienne est de taille raisonnable je trouve, mais je constate malheureusement qu’elle est majoritairement constituée de romans policiers et thrillers, or ce n’est pas par hasard: ce genre, que j’affectionnais avant, ne m’attire quasiment plus maintenant… Alors j’ai encore du mal à savoir si c’est définitif ou pas, mais clairement il s’agit de livres qui, faute d’avoir été lus au bon moment, risquent de traîner là pour longtemps…

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Coucou, merci à toi pour ton commentaire !
      Ooh si ce n’est pas trop indiscrets, quels genres d’intérêts ? Je suis trop curieuse haha, désolée ! Personnellement, j’ai tendance à trouver que c’est plus intéressant de suivre un blog qui publie « moins que la norme » : on savoure davantage le goût des articles, et c’est aussi preuve souvent de trouver des titres moins courants, ça quitte justement ce phénomène de mouvements. Puis c’est aussi le contrar que la personne est occupée mais qu’elle est parvenue à prendre le temps. Comme toi j’ai pensé faire des articles plus courts regroupants plusieurs titres où mon avis était plus maigre, mais finalement ça ne me convient pas, j’ai l’impression que c’est continuer à me pousser à écrire pour un livre que pour plusieurs raisons, je ne parviens pas à livrer ici.
      Mais oui, retire tout sentiment d’obligation, autant arrêter la blogo si on vient à avoir ce genre de sentiments néfastes !
      Je pense faire un article dans la continuité sur tout ce qui est tri de PAL mais aussi de biblio, voir ce que je peux en tirer et si je peux trouver des astuces parce qu’apparemment une démarche plus « minimaliste » et plus en phase avec ce qu’on aime maintenant. Je ne pensais pas que ça résonnerait autant avec autant de personnes !

      J'aime

  7. ThinkLovelyBooks

    Je trouve très belle la remise en question que tu as eu ma biche ! Tu as bien raison de te laisser le temps de lire ce que tu veux, quand tu le veux et surtout si tu ne lis pas, ce n’est pas grave. La blogo a vraiment tendance à nous pousser à toujours vouloir lire plus, publier plus, faire plus sauf que nous ne sommes pas des machines et ça ne vaut pas le coup de se rendre malade quand certains jours on n’a pas envie de lire.
    Ta démarche plus minimaliste m’intéresse grandement, ta réflexion sur la pile à lire et surtout le tri de la pile à lire m’interpelle beaucoup, je pense que je vais y réfléchir un peu !
    Je te souhaite une bonne année ma biche, continue sur ta lancée de faire ce qu’il te plait quand ça te plait, des bisous ♥︎

    Aimé par 1 personne

    • recolteusedemots

      Moh mais merci beaucoup !
      C’est le risque de la blogo en effet, c’est très boostant mais le revers peut être cette culpabilité de ne pas forcément être productif.ve, alors que chacun.e fait selon ses possibilités !
      Je pense refaire un prochain A part thé sur justement tout ce qui touche à trier et être plus minimaliste, une sorte de continuité à cet article. J’ai réalisé qu’avec le temps, j’avais eu « moins » de culpabilité (à discuter parfois) pour trier ma PAL mais pas pour dépoussiérer un peu ma biblio, même pour les livres que je n’aime pas. Peut-être que ça pourra t’aider à y voir plus clair dans cette démarche, à voir si j’arrive à en dégager quelques petits trucs et astuces !
      Une très belle année à toi aussi, en espérant que tu parviennes à dégager du temps pour toi malgré tes études. ♥

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s