On se livre n.2 | En scène !

OSL

Passons un peu outre ce titre nullard ( manque d’inspiration, quand tu nous tiens ), vous l’aurez sans doute deviné : ce numéro est consacré au théâtre ! J’ai beaucoup tergiversé pour le thème parce que j’ai pas mal de petites idées, mais bon, comme j’ai fais quelques chroniques théâtrales ( aka Le Cid, Ruy Blas, puis les Paravents ) successives, autant prolonger cet esprit encore un peu. Accrochez-vous, parce qu’on reste sur le même format que la dernière fois, c’est-à-dire que je vous présente 16 pièces de théâtre que je divise en deux parties : 8 lues, 8 que je désire lire ou que je découvre à vos côtés, puis je me confie à vous ! (etçarisqued’êtretrèstrèslong, tout de même trois ans de résumés.) Poursuivre la lecture de « On se livre n.2 | En scène ! »

On se livre n.1 | justement, parlons bouquins !

OSL

 

Et me voici avec un des trois rendez-vous que je tiens à vous présenter et à instaurer de manière plus ou moins régulière sur le blog ! J’admets que celui-ci, c’est Petite Plume qui me l’a inspiré, puisqu’en réalité je reprends son A la recherche… avec un titre différent. Mais une petite chose diverge encore, si je puis dire : c’est que ce rendez-vous est d’une certaine manière, très personnel.
Un « C’est le 1er » comportait mon désir de faire un blog personnel pour parler de sujets qui, je pensais naïvement, n’avaient pas leur place sur la Récolteuse, que je dédie comme seulement littéraire. Mais je n’avais pas pensé qu’il me suffisait de parler de ces sujets… Par le biais de livres. Comme l’on dit parfois, les livres sont nos meilleurs alliés pour expliquer nos maux. ( Non, personne le dit ? Alors je m’octroie le copyright ) Me voici donc à vous parler de sujets qui me sont chers, à vous présenter des bouts de moi, et si vous l’acceptez, pour rendre concret ce « on » dans le nom du rdv, à faire de même en m’offrant des bouts de vous ! Pour se faire, rien de plus simple : vous n’avez qu’à me dire tout ce que vous souhaitez sur le thème !

Et pour bien faire, je reprends également le thème d’ouverture de Petite Plume, c’est à dire, des histoires de livres. J’élargirai juste par moment au thème de la lecture, puisque les deux sont liés, obviously. C’est un peu ma manière de rendre hommage à son rendez-vous, et aussi de servir de complément puisque je vais tenter de ne pas présenter les mêmes romans qu’elle, donc zou, filez déjà regarder sa jolie liste ! Et puis, le choix de ce thème, c’est un peu l’obligation quand on tient un blog sur ses lectures, non ? 😉

OSL#1 - 1

Quoi de mieux que de commencer par un Petit éloge de la lecture ? Bien que très connu… Il m’était totalement méconnu jusqu’à ce que je le découvre sur l’instagram d’Apothicarts. Depuis, dans la wishlist, pas besoin d’en savoir plus, mais faire une ode à la lecture, ça me plaît bien !
Comme un roman, c’est d’ailleurs la même chose : un plaidoyer pour lire. J’en ai parcouru les pages lors d’une panne de lecture, et je n’avais qu’une envie : dévorer des bouquins. C’est vraiment un must read, il fait du bien, il y a pleins de titres cités qu’on peut noter pour les librovores, c’est vraiment un livre génial pour tout lecteurs.
Première ligne touche à la fois le domaine de l’écriture et de la lecture, avec la création du club des « Auteurs Anonymes » composés d’écrivains qui racontent leur descente aux enfers à cause de ce milieu, avec la perversité des éditeurs, … Un titre aux avis mitigés d’après ce que j’ai vu – puisque je découvre ce titre en vous le proposant – puisqu’il faut manier le sujet avec brio quand on critique l’édition… En étant éditeur !
L’art du roman se base lui aussi sur l’écriture, puisque Milan Kundera nous offre sa vision. J’admets que je me suis un peu gourée dans le thème ( hihi pas très douée. ) mais à mes yeux, livres parlant de livres/de lecture/mais aussi d’écriture se confondent rapidement, puisqu’il faut bien avoir aussi une vision du roman en lui-même, du bouquin. N’ayant jamais lu Kundera, je trouve que ce titre peut être un très bon commencement !

OSL#1 - 2

Ici, Beigbeder nous livre l’inventaire des 50 ouvrages du siècle selon 6000 français, en dressant des fiches de lecture avec humour et insolence. Même si je ne l’ai pas lu, on peut s’attendre je pense à avoir une majorité de classique, mais justement, les voir avoir humour peut être une bonne manière pour se lancer dedans.
Et si on offrait nos services de lectrices/lecteurs à domicile ? C’est ce que met en place Raymond Jean dans son roman, avec pour chaque client, un auteur différent, de quoi découvrir des bouts d’histoire !
Si par une nuit d’hiver un voyageur est un roman tout particulier puisque le lecteur ou la lectrice en est le personnage principal. La forme est très innovante, c’est un livre qui m’a beaucoup plu pour son inventivité mais le hic, c’est que je n’ai pas tout saisi, pas très bien suivi, et il me faudrait une relecture. Pour ma part, j’ai vraiment eu envie de continuer avec Italo Calvino après cette lecture !
« Et si la lecture pouvait tuer ? » annonce la couverture de la Librairie des ombres… Boutique qui possède un secret, avec des personnes aptes à influencer la lecture des autres, créer des mondes merveilleux, faire naître des histoires… Mais aussi manipuler jusqu’au meurtre. Franchirez-vous la porte de cette librairie ? Du même auteur, Dans le livre des rêves, avec une bibliothèque aux ouvrages interdits.

OSL#1 - 4

La côté 400 nous fait entrer dans la vie d’une bibliothécaire, invisible aux yeux des habitués de la bibliothèque municipale. On y parle classification de Dewey, ordre qui apparemment vient à se fissurer… Résumé énigmatique, tout comme la couverture, mais en tout cas, on est bien dans le thème avec ce livre.
Constance, narratrice qui n’a qu’une passion littéraire : Gary. ( ça commence bien pour donne renvie de le lire ça! ) Suite à un emprunt, elle découvre une phrase soulignée, qui semble s’adresser à elle. S’ensuite alors un jeu de piste avec le Souligneur à travers différents romans. Un jour, vous en verrez la chronique sur ce blog, parce que ce résumé me fait terriblement envie.
Dans Bouquiner, Annie François nous fait part de son rapport aux livres et à la lecture. Passant par les habitudes acquises au fil des romans lus, des questionnement, il s’agit avant tout de sa bibliodépendance.
Chut !, on l’a tous sortit dans une section lecture, parce bizarrement, on décide toujours de nous parler à ce moment-là. (le livre est pas assez imposant dans les mains faut croire !) Je ne saurais vous faire un sum up rapide de ce roman, alors je vous invite à lire le résumé de base, parce qu’il est tout bonnement sublime, et que boum c’est wishlist direct pour moi. ( et en plus, ça me ferait sortir de ma zone de confort, parfait. )

OSL#1 - 3

Auguste, protagoniste du roman, apprend qu’il est l’héritier d’une des familles de la Confrérie, dont le but est de conserver la connaissance et les livres. Mais pour cela, il faut lutter contre les Autodafeurs. Ce premier tome m’avait déçu, mais j’hésite tout de même à continuer la trilogie grâce à certains personnages ( Césarine notamment, ou encore le prof d’Auguste ), mais surtout pour le thème des livres que j’ai trouvé plutôt bien exploité. Affaire à suivre, en somme.
La Voleuse de livres, c’est une recommandation que vous pouvez suivre les yeux fermés (doit bien y avoir des avis négatifs, mais ils sont rares.) Découvrir cette enfant durant la 2GM, qui s’aventure entre les livres calcinés ou prêts à l’être pour sauver quelques ouvrages, qui apprend à lire, qui s’ébahie devant les dos des bouquins.. Vraiment, c’est une pépite.
Comment ne pas évoquer Matilda, petite fille qui apprend à lire seule à l’âge de 3 ans, mais qui vit dans un milieu où on lui réprime cette liberté ? Là, je vous supplie tout de même de ne pas me frapper, parce que grande honte, mais je ne l’ai pas lu (pour continuer l’infamie, je n’ai lu aucun Roald Dahl.. ), mais il me semble être le must-read sur ce thème, donc je réparerai mon erreur et découvrirait cette petite fille, promis !
Et enfin, je conclus sur un manga pour essayer d’apporter diversité du genre, en vous présentant le Maître des livres. Je ne l’ai pas encore lu, un peu peur que le coup de crayon ne me plaise pas, mais découvrir ce bibliothécaire au caractère peu enchanteur que tout le monde vient voir parce qu’il sait conseiller et trouver le livre qu’il faut pour la personne, j’admets que ça me tente beaucoup. Puis les références à des titres pour enfants, ça réveille mon âme de gamine et je dis ouiouioui !

Avez-vous lu certains de ces titres ? Combien vous tentent parmi les 16 présentés ?


Mon rapport à la lecture…


Les livres et moi, on n’a pas toujours été amis. Loin de là, même. J’avais plutôt tendance, enfant, à exaspérer ma soeur qui m’incitait à lire, en lui disant que « naaah, j’aime pas, c’est chiant » (j’étais concombre enfant, oui.) Pourtant, j’étais du genre à inventer pleins d’histoires, à me faire tout un tas de récits, j’étais friande d’imagination. Sur ce point, lire aurait dû me plaire, mais pourtant c’était quelque chose qui m’ennuyait. Je me rappelle même avoir été l’enfant horrible qui a demandé à sa soeur de lui lire un livre de cours après l’avoir abandonné au bout de 20 pages, et qu’elle me le résume pour pas avoir une mauvaise note au contrôle. ( c’était très précisément l’Île au trésor de Stevenson ; j’ai essayé de le relire depuis, mais nah ça passe pas. ) Autant dire que j’étais très mal partie pour bouquiner.
La seule chose que je lisais avec passion, c’était les mangas. C’est quelque chose de fort avec ma soeur qui nous a fait naître une admiration pour le Japon et d’autres bouts d’Asie. Dans mes petites mains s’est retrouvée l’oeuvre d’Hiromu Arakawa, mon graal tout puissant ( ouais carrément ) : Fullmetal Alchemist. Là, ça a été le coup de foudre. C’est cette série qui m’a fait prendre goût à la lecture, qui signifie énormément de choses pour moi, je m’y retrouve beaucoup, bref, c’est un tout.
Comment j’en suis venue aux romans par contre, je ne sais plus. Ce goût naissant de la lecture a voulu s’étendre à d’autres genres je pense, et une période difficile de mon adolescence où j’étais majoritairement cloîtrée dans ma chambre m’a aidé à me lancer dedans. Je m’ennuyais, j’étais seule, il me fallait quelque chose pour ne pas sombrer un peu plus : la musique m’a sauvé, mais la lecture aussi mine de rien, ça m’a relevé.
Et ça continue de le faire aujourd’hui. C’est assez variable pour dire vrai, parce que complexe, mais c’est d’ailleurs quand je vais le moins bien que je lis le plus (je dois quand même me faire violence et m’obliger à lire, mais bref), parce que c’est tout bonnement un des meilleurs échappatoires que je possède. Ca a comblé tout un vide en moi.

A présent, j’apprends à décomplexer un peu par rapport à la lecture, d’y avoir un rapport plus serein. C’est-à-dire, arrêter de comparer le nombre de livres que je lis à celui des autres ; relativiser et sauter des pages si je trouve un passage trop long ; écrire au crayon, corner des pages, etc, en tout cas garder en tête que ce n’est pas une abomination, que le livre est mien et que je me l’approprie ; abandonner un livre parce que ce n’est pas un crime contre l’oeuvre de l’auteur, … Ca reste difficile, mais mon rapport ne cesse d’évoluer, me faisant grandir par le biais de cette passion. Ce qui est sûr, c’est que je ne peux imaginer ma vie future sans bouquins autour de moi.

 A vous maintenant de me raconter votre rapport à la lecture !
Avez-vous toujours aimé ça ou avez-vous un parcours insolite ? Des contraintes par rapport à l’objet livre ou êtes-vous totalement libres ? Des manies ? Des secrets ? Dites moi tous vos faits sur ce sujet !